Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 08:00

Jour--59.jpg

 

Esclavage

Jean Calbrix

 

 

1802. Victor Hugo naissait et les noirs de Saint Domingue revenaient à la case départ. Pas celle de leur pays d’origine en Afrique, non, mais celle que leurs bons maîtres planteurs leur allouaient en échange de quelques menus travaux dans les champs de cannes à sucre. Bonaparte, ce grand homme, avait jugé néfaste pour le genre humain - puisqu’elle mettait en péril l’économie mondiale - cette loi d’émancipation des gens des couleurs décrétée par la convention en 1794, sous l’impulsion d’illuminées comme Robespierre et l’abbé Grégoire. De son propre chef, s’étant consulté lui-même fort démocratiquement, il la raya d’un trait de plume arrachée du croupion d’une oie de sa basse cour.

Il en résulta une remise en ordre difficile, les noirs ayant pris l’habitude, huit ans durant, de feignasser sous les cocotiers. On connaissait leur petit penchant à se la couler douce, et à se distraire en tapant sur des bambous au lieu de trimer. Nos amis les planteurs, réunis sous l’égide du Médef, leur syndicat, aux deux tiers républicain, le troisième tiers n’étant pas libre, et pompeusement appelé Mouvement égalitaire des esclavagistes fraternels, discutèrent de la situation.

Le chef des planteurs – Mes très chers bons amis, la situation est gravissime. Si nous n’avons pas une remise en ordre rapide, c’en sera fait de nous, de l’économie mondiale et de l’humanité. Dites-moi ce qui ne va pas dans vos plantations et je vous donnerai mes conseils éclairés.

Le planteur 1 – Mes nègres crient qu’ils veulent une retraite à 80 ans. Cela va diviser par deux mes forces productives. C’est impossible, je cours à la ruine.

Le chef – Eh bien, sévissez mon cher bon ami, et punissez de dix coups de verge ceux qui osent revendiquer des choses si peu réalistes.

Le planteur 2 – Les miens braillent qu’ils veulent une semaine de cent trente-cinq heures. Ils ont tendance à oublier qu’ils ont signé un contrat de travail à plein temps. Je vais me retourner contre les négriers qui m’ont vendu une marchandise qui ne respecte pas les règles.

Le chef – N’en faites rien, mon bon ami. Les tribunaux sont déjà engorgés avec des billevesées du même acabit. Donner de la badine et il fera bon voir qu’ils continuent à revendiquer des mesures qui nous mettraient sur la paille.

Le planteur 3 – A propos de paille, les miens exigent que celle de leurs cases soit changer tous les  mois. Au prix où est la paille, je cours à la faillite.

Le chef – Dix coups de fouets, cher ami. Il n’y a rien de tel pour leur remettre les idées en place.

Le planteur 4 – Les miens exigent un service sanitaire libre et gratuit.

Le chef – Vingt coups de pied au cul, mon ami. Ils se sentiront mieux après.

Le planteur 5 – Les miens organisent des grèves sur le tas pour obtenir des congés payés.

Le chef – Nettoyez-les au Kärcher, mon vieux.

Le planteur 6 – Les miens me volent ma production. J’en ai surpris un en train de dévorer une de mes cannes bien grosse et bien juteuse, la plus belle de ma récolte. J’ai failli crever de crise cardiaque. C’est innommable !

Le chef – Alors là, il ne faut pas hésiter, mon pote. La bonne vieille méthode, rien de tel, et même si malheureusement cela réduit ta main d’œuvre : ablation à la hache de la main qui a commis le délit.

Tous ensemble – Viva la reprise en main !  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Les 100 derniers jours
commenter cet article

commentaires

le Belge 12/03/2012 08:37


L'aquivalent du MEDEF, outre-Quiévrain, c'est le FEB (Fédération des Entreprises de Belgique). Son président racontait dans le journal la semaine dernière que les entreprises étaient au bord du
dépôt de bilan et que la moindre taxe supplémentaire les conduirait à la faillite ou a l'exode. Néanmoins, conscient du fait que l'effort devait être collectif, il se disait prêt à se faire
hara-kiri en acceptant de rediscuter du principe de déductibilité fiscale des abonnements de golf (authentique!). Mais c'est du donnant-donnant, ajoutait-il: en échange
j'exige une refonte complète des services publics et une réduction drastique de leurs dépenses. Voilà où nous en sommes. Pas mal, hein?


Merci, Jean, pour ce nouvel appel à la réflexion.

jean 11/03/2012 16:19


Merci pour vos commentaires, Danielle, Joël, Lza, Corinne, Ysiad et Annick, sur ma diatribe qui néanmoins se termine sur une note optimiste : l'exploiteur et l'exploité qui se retrouvent la main
dans la main...

ysiad 10/03/2012 20:14


Au rythme où l'espérance de vie augmente, on y va droit à la retraite à 80 ans. Quel cauchemar tout de même... Ca me fait penser à Miss Trixie dans le chef d'oeuvre de J K Toole, elle a 80 ans,
elle est complètement folle, elle trimballe des sacs plastique et elle continue à travailler... Au secours.

Annick 10/03/2012 13:31


Il me semble qu'il y a une certaine liberté de prise avec la vérité historique, non? Les sources, les sources!

ysiad 09/03/2012 13:03


Ce texte reflète à merveille la situation au XIXè comme il reflète aussi la situation dans les usines où travaillent les nouveaux esclaves du XXIème siècle pour des salaires de misère et dans des
conditions déplorables. Rien n'a changé, tout reste à faire. Bravo Jean !