Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 15:00

 

 claude-bachelier-en-seance-de-dedicace.jpg Ils n’ont pas rencontré « Angèle Cartier » mais ont fait sa connaissance grâce au livre de Claude Bachelier publié chez Zonaires éditions. Voici quelques témoignages de lecteurs qui ont souhaité partager leur plaisir…

N’hésitez pas à les rejoindre en commandant le livre sur http://www.zonaires.com

 

Premier livre, certes pas un premier écrit, mais un coup de maître ! L’auteur nous brosse un portrait saisissant d’un personnage ayant eu une histoire hélas fréquente au cours de 2 conflits mondiaux. Ce qui est intéressant et remarquable est le choix d’alterner l’histoire factuelle avec les dialogues avec son héroïne ainsi que sa démarche. Il y a des périodes, des situations vécues par l’auteur et une réelle connaissance du milieu rural et de sa région, les faits historiques sont également bien mis en exergue. Bravo en tout cas ! Jacques M.

*** 

Et bien ça y est ! Je l’ai reçu, je me suis jetée dessus, je l’ai lu et… ça m’a plu !

J’ai particulièrement apprécié l’alternance des chapitres, donnant le point de vue de deux personnes, l’un très vivant, l’autre plus guindé, classique d’une biographie conventionnelle. Ce qui préserve d’un écrit plat et sans relief. C’est un procédé astucieux qui m’a emballée.

Et le personnage d’Angèle Cartier ! Quel bonheur ! Voilà une dame que j’aurais aimé connaître. A-t-elle réellement existé ? Ou est-elle sortie toute fraîche du talent de Claude ?

Par conséquent, livre à recommander à ceux qui veulent passer un bon moment de lecture. Yvonne O.

***  

La lecture du livre Angèle CARTIER de Claude Bachelier par la véracité de ses évocations de la vie du monde agricole au début du XXe siècle fait revivre, tant par les situations que les expressions, le passé connu ou raconté par nos parents, passé souvent difficile et laborieux.

La présentation en parallèle de l’interview madame Cartier et du récit de sa vie fait qu’à la fin de la lecture, Angèle Cartier nous semble si proche, au point de croire, qu’elle a fait partie de notre voisinage, voire de notre famille.

Nous avons lu avec intérêt et passion ce livre. Éliane et Marcel L.

    ***  

Quand vous commencerez « Angèle Cartier » vous ne pourrez plus le lâcher.

Angèle au crépuscule de sa vie, retrace son existence à François écrivain public.

Elle nous fait vivre de l’intérieur la vie paysanne du début du siècle dernier avec ses us et coutumes, ses forces et ses faiblesses et surtout avec beaucoup de dignité les conséquences des deux guerres sur la vie des humbles. Elle est sans complaisance avec les « combattants de la dernière heure » et exprime avec beaucoup de lucidité l’hypocrisie humaine.

Adorable Angèle… elle fait partie de ces personnages ou plutôt de ces personnes que nous aimons et qui ne nous quittent pas.

Merci Claude pour ce magnifique livre plein d’émotions. Paulette G.

    ***  

C’est à mon tour de dire combien j’ai aimé ce livre touchant, simple, que l’on sent, inexplicablement, « proche » des réalités de la vie, d’une vie comme tant d’autres – comme trop d’autres : ballottée entre les guerres, frappée par les morts violentes et pourtant toujours debout, Angèle reste digne et battante jusqu’à ses derniers jours… peut-être attendait-elle sans le savoir celui qui devint son (si talentueux) biographe ?

J’ai apprécié la chronologie bouleversée et dans laquelle, pourtant, on ne se perd jamais, et comme d’autres je n’ai pas pu lâcher ce livre une fois commencé.

Bravo à l’auteur pour sa sensibilité, et bravo à Angèle, si elle nous écoute, d’avoir su aimer, avec une belle philosophe, une vie qui ne l’a pas ménagée. Emmanuelle CT

***  

Dauphiné Libéré du 11 juillet 2014  

C’est en présence de son éditeur Zonaires éditions et de la libraire Sylvie Cuzin que Claude Bachelier a dédicacé dernièrement son ouvrage « Angèle Cartier ».

Un personnage tout droit sorti de l’imagination de l’auteur et qui, au fil des pages, devient tellement présent que le lecteur peut avoir l’impression de l’avoir déjà rencontré.

Passionné d’histoire Claude Bachelier voulait que l’histoire se déroule sur le long terme et englobe des périodes troublées. Il a donc choisi d’intégrer dans ce roman des évènements qui ont marqué le vingtième siècle.

« Je me suis pris d’amitié pour ce personnage que j’ai créé au fur et à mesure que le roman avançait ». Un peu comme cet autre personnage François Rettaz, à qui il laisse le soin de raconter cette histoire et qui, jour après jour, découvre chez Angèle une femme exceptionnelle.

« Mes personnages, dit-il encore, ne sont pas des héros. Ce sont des gens de tous les jours avec leurs bonheurs, leurs chagrins. Des gens confrontés au quotidien, avec ce qu’il a d’exceptionnel parfois, de banal souvent et de difficile trop souvent ».

L’auteur rappelle que les personnages historiques qui sont ses références sont tous des gens qui n’ont jamais baissé les bras. Angèle Cartier est de ceux-là.

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 14:00

Angèle Cartier couv 6

 

Les éditions Zonaires ont le plaisir de vous annoncer la parution ce jour, d’Angèle Cartier, un roman de Claude Bachelier. Un auteur qui ne vous est certainement pas inconnu puisqu’il participe régulièrement à l’animation du café et dont certaines chroniques ont été publiées dans les collectifs d’auteurs « Les cent derniers jours » et « Rendez-vous après la fin du monde ».

 

4ème de couverture : François Rettaz, écrivain public, nous raconte Angèle Cartier. Née avec le siècle, elle s’était rêvée institutrice. Mais la Grande Guerre, cette horreur sans nom, a balayé ses espérances. Elle a révélé une femme qui, derrière une fragilité apparente, était en réalité une femme de caractère, à la volonté inébranlable. Il lui fallait bien cela alors que la vie ne lui laissait d’autres choix que de se battre, encore et encore.

 

C Bachelier3Durant des années Claude Bachelier a parcouru le monde sur terre comme en mer et puis voilà qu’après avoir franchi détroits et caps, traversé gorges et défilés, il prend la plume pour raconter la vie, le quotidien de gens qui ne sont pas des héros, qui ont ce petit plus qui les rend si différents et qu’un jour, peut-être, il a croisé sans les voir.

 

Angèle Cartier un roman de Claude Bachelier chez Zonaires éditions, 164 pages,  

15 € (+ frais de port 2€)  Parution le 2 juillet 2014   

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 08:40

Genealogie-de-l-exode-couverture2-copie-2.jpg    

 

Les éditions Zonaires ont le plaisir d'accueillir Emmanuelle Cart-Tanneur dans une nouvelle collection format court : Lapidaires

 

L’écriture et les voyages : deux des passions qui animent Emmanuelle Cart-Tanneur depuis plusieurs années déjà. Loin des sentiers battus, elle se plaît à partir à la rencontre des peuples de ces terres méconnues, à raconter leur vie, leur histoire, s’autorisant parfois à les imaginer – car la frontière est souvent mince entre rêve et réalité.

Sao Tomé, la Gomera : deux îles hors du monde, hors du temps, qui ont soufflé à sa plume ces deux histoires presque vécues…

 

Emma-CT2.jpgEmmanuelle Cart-Tanneur écrit des nouvelles depuis 2007. Chez Zonaires, elle a participé aux recueils collectifs Les Cent derniers jours et Rendez-vous après la fin du monde.

 

Généalogie de l’exode est suivi d’une autre nouvelle « Vies d’ailleurs« ; elles sont publiées chez Zonaires éditions dans une nouvelle collection format court « Lapidaires »

 

Prix 4,15 € (frais de port en sus 0,85 euros) Commande chez Zonaires 

Souscription avant parution le 26 avril 2014 : les frais de port sont offerts  

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 12:00

moshi-7.jpg

 

Bonne nouvelle : le numéro sept de la gazette moshi moshi vient de paraître. Nelly Bridenne, auteure éditrice, « nous propose de découvrir des petits bijoux, de vraies pépites : graffiti et pochoirs recouvrant les murs lépreux de nos villes, mobilier urbain joyeusement détourné et même de la peinture sur support vivant ! De l’art, du réaliste, pour faire réfléchir ou sourire, pour apporter du beau, de la couleur, à nos grands ensembles, à nos banlieues… »

Un numéro spécial « Arts urbains », enrichi d’une belle brochette d’auteurs de l’Atelier « Pour une poignée de polars ».

 

Mauvaise nouvelle : la revue s’arrêtera au numéro huit en juillet prochain. C’est bien dommage vu la qualité de cette gazette, mais comme dit sa créatrice « les temps littéraires sont durs… »

 

Les commandes pour ce numéro, le suivant ou les précédents peuvent toujours se faire ici

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 11:00

Tumulte13.jpg  

La librairie Le Tumulte des Mots à Paris 9è a organisé le 3 avril 2014 une soirée rencontre, lecture, dédicaces autour du livre Double issue de Désirée Boillot. Vous pouvez écouter ci-dessous un extrait de cette lecture… et vous rendre ensuite chez Zonaires éditions pour commander le livre et découvrir la suite de ce beau roman.

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 10:00

Couv avant l'exil-copie-1

 

Le livre « Avant l’exil, j’étais quelqu’un  - Paroles de réfugiés » sort aujourd’hui. Il est finalement édité par l’association Apardap (Association de Parrainage Républicain  des Demandeurs d’Asile et de Protection) qui pourra ainsi bénéficier de retours financiers plus conséquents. apardap@gmail.com  

 

Que soient remerciés tous ceux qui ont contribué à la naissance de ce livre et en particulier celles et ceux qui ont pris le risque de dire et d’écrire pour qu’on sache qu’avant l’exil, ils étaient quelqu’un et qu’au-delà des épreuves, ils continueront à l’être.

 

Quatrième de couverture :

 

Partir pour être un étranger, un émigré

Partir pour perdre son identité

Partir pour être un sans-papiers …

 

Je suis un homme, oui, citoyen d’un pays tiers

Dès  lors que je sors de celui-ci, suis devenu : l’immigré …

 

Je repensais souvent à ces lieux de mon enfance que j’avais été obligée de quitter : un endroit magnifique, entouré de belles cases, de grandes forêts, avec la rivière, le Conseil des vieux Sages, la joie entre les gens, l’amour des parents, le respect des personnes âgées…

 

J’y ai connu des difficultés énormes, l’amertume, des douleurs infinies. Mon but comme celui de mes compagnons était de traverser le pays jusqu’à Nouakchott …

 

Lorsqu’on doit faire une confession, on doit vous soumettre à un traitement mécanique, sans ça vous allez toujours vous déclarer innocent. Ici vous appelez ça la torture, mais là-bas, c’est la procédure, on appelle ça la procédure, ça fait partie de la procédure d’investigation…

 

Ensuite, avec mon bac scientifique, j’ai fait la formation. Ce n’était pas facile. Pour quelqu’un qui faisait un travail intellectuel, devenir ouvrier ce n’était pas facile. Et puis j’ai eu mon diplôme de plombier…

 

* * *

 

NB : Les personnes qui ont généreusement répondu à l’appel au financement participatif via le site Kiss Kiss Bank Bank recevront directement le livre ces prochains jours.

 

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 15:00

Moshi.jpg

 

Le numéro 6 de la gazette moshi moshi vient de paraître. Si comme le titre l’indique, ce numéro est dédié aux femmes, sa lecture est hautement recommandée pour tous. Nouvellistes, poètes, artistes peintres et photographes sont de la partie et comme pour les précédents numéros cela donne un fort bel ouvrage.

 

Pour vous mettre en appétit, voici l’édito de Nelly Bridenne, auteure, éditrice

 

Femmes, je vous kiffe !

Chevelue, tressée ou sans tifs,

Femme mère, amère, mammaire,

Femme fatale, banale, animale,

Femme du monde, immonde, vagabonde,

Femme objet, rejet, déchet,

Femme libérée, sans corset, avec excès,

Femme savante, charmante, provocante,

Femme battue, exclue, reclue,

Femme voilée, violée, mal baisée,

Femme adultère, célibataire, contestataire,

Femme soumise, exquise, excisée,

Femme tarifée, trop fardée, méprisée,.

Femmes, je nous kiffe !

 

Pensez à vous abonner, c’est un plus pour l’éditrice et cela ne coûte que dix euros pour trois numéros, port compris. Rendez-vous ici

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 12:00

Couv-Sans-issue2.jpg

 

Double issue est le titre du roman de Désirée Boillot que Zonaires éditions a le plaisir de publier en ce début d’année. Il sera normalement disponible le 25 janvier 2014 (à plus ou moins deux jours) et sera mis en vente à 12 € (plus frais de port). Une souscription est proposée jusqu’à cette date au prix de 10,50 € (plus frais de port). Commande sur Zonaires éditions

Calipso et Zonaires vous souhaitent une excellente année de lectures et d’écritures.  

 

 

Dans le Paris des années 60 vit une jeune fille, Arielle. Son père est mort quand elle avait dix ans. Elle se retrouve à partager avec sa mère l'appartement d'un oncle et d'une tante détestables. Pas un jour sans que ces deux-là leur fassent sentir qu'elles sont de trop. La mésentente s'installe et s'aggrave. Tout ce qui importe pour Arielle, c'est de sauver sa peau et celle de sa mère. Dans cette guerre d'usure, elle entreprend d’aménager la cave de l’oncle et grâce au soutien indéfectible de son amie Florence,  elle en fera le lieu de tous les possibles. 

 

 

Desiree-Boillot2.jpg Désirée Boillot écrit des nouvelles depuis 2002, qui ont paru dans des revues et des collectifs d'auteurs.

Elle a également achevé un « Manuel de survie à l'usage des perdants », florilège de textes humoristiques écrits à la deuxième personne du pluriel.

Elle fait partie d'une association, « Récits de vie », qui publie ses textes autobiographiques dans sa revue « Plaisir d'Ecrire ».

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:30

promo zonaires

Faites-vous plaisir ! 

Faites-lui plaisir ! 

Faites-nous plaisir ! 

 

En profitant des offres exceptionnelles fêtes de fin d’année chez Zonaires éditions avec :    

15% de réduction pour l’achat d’un livre

20% de réduction pour l’achat de deux livres

25% de réduction pour l’achat de trois livres

30% de réduction pour l’achat de quatre livres

Les cent derniers jours   Le radeau de Victoire    Un automne en août

Rendez-vous après la fin du monde

Offre valable jusqu’au 31 décembre 2013

http://www.zonaires.com

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 08:00

Couv-rendez-vous-apres-la-fin-du-monde3.jpg

 

Le barman a le plaisir de vous annoncer la sortie, le 26 septembre prochain, du livre consacré aux 100 premiers jours après la fin du monde ; chroniques rapportées avec brio en ce début d’année par :

 

Danielle Akakpo, Claude Bachelier, Désirée Boillot, Jean Calbrix, Benoit Camus,

Emmanuelle Cart-Tanneur, Dominique Chappey, Claudine Créac’h, Patrick Denys,

Jacqueline Dewerdt, Alain Emery, Sophie Etienbled, Frédéric Gaillard, Franck Garot,

Jordy Grosborne, Dominique Guérin, Joël Hamm, Corinne Jeanson, Jean-Luc Lapoule,

Patrick L'Ecolier, Patrick Ledent, Yvonne Oter, Claude Romashov, Ryko M., Castor Tillon.

 

 

Le 21 décembre 2012, l’humanité retenait son souffle. La planète était en état d’alerte médiatique maximum. Les savants n’en finissaient plus d’élucubrer, les prédicateurs de sermonner et les marchands de saliver. Les Mayas étaient aux anges et l’apocalypse promettait d’être divine. On sait ce qu’il en a été.

Les lampions de la fête sont aujourd’hui éteints, perdus dans d’insondables abîmes. Les auteurs de ce livre en ont néanmoins conservé la mémoire et c’est avec un humour salvateur qu’ils nous font revivre nos dernières heures noires et goûter aux premiers beaux jours d’après.

 

Rendez-vous après la fin du monde, collectif d’auteurs chez Zonaires éditions, 158 pages, 14 €

Souscription avant la sortie prévue pour le 26 septembre 2013 : les frais de port sont offerts.

Commande sur http://www.zonaires.com  

 

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article