Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 08:00

Jour--48.jpg 

Meeting

Laurence Marconi

 

La salle est survoltée. Les esprits s’échauffent, les corps s’impatientent, les bras agitent fanions et banderoles, les spots crachent en rafales leurs jets de lumière crue, les haut-parleurs déversent des ribambelles de décibels … Une ambiance de match de foot, juste avant que les joueurs pénètrent sur la pelouse. Drapeaux tricolores et cocoricos, du patriotisme plein les gosiers, des jabots gonflés de fierté. Les supporters scandent un nom, pavoisent, s’époumonent.  « On va gagner, on va gagner ! » De vrais coqs de combat, gaulois et tapageurs. A l’applaudimètre, c’est sûr, ils sont les meilleurs. Ils sont venus, ils sont là, en force et en nombre, pour acclamer leur candidate. Ils brandissent leurs certitudes à bout de bras, braillent leur ferveur à bout de souffle. La clameur monte, s’amplifie encore. La voilà. Sa silhouette se détache sur un fond bleu turquoise. Un sourire carnassier d’affiche électorale placardé sur son visage, droite comme un I, elle lève les bras en V, le V de la Victoire. L’instant est solennel, tous chantent la Marseillaise. Puis la meute se discipline, fait silence pour le coup d’envoi. C’est parti pour quatre-vingt-dix minutes de combat. Coups francs, obstructions, tacles, frappes de la tête, dégagements du poing. Tous les coups sont permis. Le ballon circule peu et la balle n’est jamais au centre, toujours sur l’aile droite. La candidate est au Front. Elle est sur tous les fronts : arbitre, gardien de but, attaquant. La tactique est offensive et le tir est puissant. Les supporters alimentent l’attaque, gueulent, brament, vocifèrent, s’égosillent, approuvent les coups bas. Les adversaires, eux, ne sont pas présents. Ils sont hors-jeu, sur le banc de touche. C’est un match impitoyable. Soudain, la sanction tombe, peu avant la mi-temps. La candidate se fige, le regard conquérant. Elle plonge sa main droite dans la poche intérieure de sa veste et, d’un geste lent, théâtral, sort un carré de papier qu’elle brandit en hurlant, d’une voix triomphale. « Carton rouge ! »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Les 100 derniers jours
commenter cet article

commentaires

Laurence M 22/03/2012 15:11


Un concours dont le thème est " carton rouge" ? Effectivement, j'y suis presque ! Daniell, le foot ? On pourrait croire que je suis une pro , et pourtant ...

ysiad 20/03/2012 17:08


j'adore ce style Laurence, ces allusions au football et à la politique avec le jeu au centre et cette belle chute comme un coup de théâtre. Toutes mes félicitations.

danielle 20/03/2012 14:59


Bravo Laurence! Quelles connaissances en foot!

Jean 20/03/2012 11:57


Belle allégorie de la campagne électorale sur fond de match de foot. On s'y croit. Il ne faudrait quand même pas que l'utilisation des stades soit pervertie comme certains de sinistre
mémoire. Mais avec le populisme, allez savoir...


Bravo Laurence

M 20/03/2012 11:54


Super idée et presque le canevas d'une nouvelle, Laurence, pour participer à ce concours-là!