Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:45















Une ode à la poésie pour ce deuxième mouvement du bal des 500 avec Irène Devaux en chef d’orchestre.

C’est ici qu’est la rose, c’est ici qu’il faut danser…

 



POESIE

 

Toi qui poses ta Muse au cœur du grand silence

Pour accrocher sans bruit l'harmonie et les mots

Tous les reflets du ciel dans tes Vers sont enclos

Lorsque tu fais danser tes rimes en cadence.

 

Tu chantes la nature avec plus d'éloquence

Que mille violons qui pleurent en sanglots...

Ton âme à la fraîcheur de l'onde sur les flots

Et tu peins tes matins avec sa transparence.

 

Un élan, un frisson, bâtissent le printemps

Une larme, une fleur, font la couleur du temps,

Et sur ma page blanche éclot ton aquarelle.

 

Alors, dans le soir blême où va mourir le jour

Tu t'habilles de feu, comme une "demoiselle"

Qui pour griser les cœurs...met sa robe d'amour.

  


Irène Devaux est présidente de l'Essor Poétique à la Roche-sur-Yon et a obtenu de nombreuses distinctions. Elle participe à l'édition de nombreuses Anthologies de la Poésie Nationale et Internationale.
Elle organise un concours annuel de Poésie appelé Jeux Floraux et des expositions de Poèmes illustrés.

Elle a écrit deux pièces de théâtre : " La perle rare " en 1 acte jouée dans 186 villes de France et "Une soif de liberté" en 3 actes et tableaux, jouée en Vendée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Bal des 500
commenter cet article

commentaires

chantal blanc 26/10/2010 13:09



Magnifique poème!


Peut-on avoir l'adresser de son concours?


Merci



Solange 15/10/2009 17:34


La poésie traverse les âges, les générations et les courants de pensée, pour se renouveler sans cesse. Elle est le témoin de son temps.
Comme l'aube, elle ne meurt jamais. Elle s'efface, pour réapparaître le lendemain toujours plus vibrante, et s'offrir à nos yeux. Elle est un chant d'amour. Elle est immortelle!


Gaël 15/10/2009 17:05


Votre goût est sûr, Suzanne, dans ce choix de poètes. La poésie avait besoin d'un petit coup de pouce pour être mise en valeur. Voilà qui est fait sous votre férule et celle de Patrick
L'Ecolier. Il est permis de penser que vous n'en resterez pas là Ce genre d'intiative ne peut qu'être apprécié par tout un chacun.Il y a toujours de la sensibilité dans l'air...


Christiane 15/10/2009 13:45


Il coule comme une onde tranquille aux méandres de l'âme


Sylvie 15/10/2009 11:28


Le sonnet d'Irène est de la poésie à l'état pur.
Les mots chantent. Les mots dansent.
Les mots virevoltent jusu'à la chute dernière.
Un véritablement enchantement pour l'âme.