Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 16:46

neda2
En hommage à Neda Agha Soltan, assassinée à Téhéran, le 20 juin 2009 au cours d'une des manifestations de protestation qui ont suivi l'élection présidentielle contestée iranienne de 2009.

 



                                                                        Reste Neda

 par Mandana, poète iranienne

 

Reste
Les oiseaux qui chantent

Les forêts habillées de vert

Les bourgeons qui embaument … tout chante

L’arrivée du printemps

Ne pars pas, Neda

 

Reste Neda

Chante avec ton peuple dans les rues

Dis : Longue Vie !

Mettons fin à la mort !

Dis que le soleil brille

Dis que le froid s’en aille

Ne t’en vas pas, Neda

 

Reste, Neda

Regarde cette ville

Regarde les fondations ébranlées des palais

La hauteur des érables de Téhéran

Eux nous traitent de poussière, alors

Empoussiérons l’air de l’oppresseur

Ne t’en vas pas, Neda

 

N’aie pas peur

Ça n’est pas le bruit des balles mais celui du crépitement d’un feu d’artifice, des flammèches naissantes.

 

Nous sommes embrasés, notre feu nourri de coups de matraques, de coups de fusils. Nous flambons. Ne t’en vas pas Neda

 

Oh Neda, Neda !

Respire
Lève-toi
Brise ta cage

Échappe aux barreaux

Ne pars pas, Neda

 

Ne pars pas Neda

Attends
Vois au-delà des nuages

Dame Soleil apparaît

Elle te ressemble

Ne pars pas Neda

Ô mon Dieu, ne pars pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

ysiad 08/03/2010 11:57


Magnifique poème en ouverture du 12ème printemps des poètes.

Tout à fait d'accord avec  Jean l'Anselme poète contemporain, qui dit ceci : "La poésie, c'est un peu comme la Blédine. On aime ça avant de pouvoir en parler."


Lastrega 08/03/2010 08:20


Cette poésie, au nom de la Liberté, est simplement sublime. Bravo !