Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:04

Une église, un homme en uniforme, un casque miroitant, des passants. Ne pas se focaliser sur l’objet à photographier. Souvent le photographe voudrait avoir l’air de ne pas y être et se laisser surprendre par l’objectif. On sait comment cet objet intervient à merveille pour confondre la réalité. Dans un impeccable jeu de miroirs l’objectif voit tout sans rien regarder, il opère de main de maître pour fixer une image vraie mais ce qu’il nous rend n’est rien de plus qu’une expression vraisemblable du monde. L’œil, quant à lui, est capable de toutes les contorsions et de tous les arrangements sauf celui de rester immobile et donc d’éterniser, autrement qu’en désordre, l’objet regardé. L’objectif retient-il un point dans la profondeur que celui-ci emplit après-coup le regard du photographe. Rien d’étonnant à ce que parfois l’image révèle ce que nous voulons cacher, surexpose le masque que nous affichons pour régler une scène naturelle et vienne pointer un détail outrageusement criant de vérité. C’est toujours un autre qui sort de la chambre noire, un autre qui impressionne par sa ressemblance et qui à l’occasion provoque un trouble insupportable du côté du moi. Authentique et palpable, illusoire et fantasmée, la photographie reste une chose sensible qui nous met à l’épreuve et quand bien même elle ne nous dit rien de ce que nous aimons vraiment, sa présence continue au cours de la vie à en faire autre chose qu’un cliché.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Image In
commenter cet article

commentaires

danielle 28/08/2009 12:26

Des mots, rien que des mots... mais quels mots, en telle adéquation avec le superbe jeu de couleurs de la photo. Blow-up, c'est vrai, Ysiad a tout a fait raison!

Patrick 19/08/2009 19:41


Merci Ysiad pour cette référence à Blow up ; un très beau film qui questionne avec pertinence le rapport fiction – réalité.

ysiad 19/08/2009 09:35

On dirait un tableau cette photo. Le texte et les réflexions autour du regard me font penser à Blow up d'Antonioni, à ce photographe qui prend des amoureux en photo dans un parc et qui se rend compte en développant ses clichés d'un détail qu'il n'avait pas vu. Qu'est ce que l'oeil voit au fond ? A la fin du film, on assiste à une partie de tennis sans balle. Les spectacteurs la suivent du regard durant tout l'échange fictif entre les joueurs.