Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 18:12

patchwork-image.jpg

Elle nous rend souvent visite et nous apporte presque toujours un petit quelque chose à partager. Nouvelliste chevronnée, il lui arrive de goûter aux vertus de la poésie. Elle nous offre aujourd’hui une belle mosaïque de mots qu’elle signe Ysiad.

Patchwork

Gris.

Gris le ciel du soir

Au-dessus de la maison

Mille fois reprise en pensée

Restituée pierre après pierre

Face à la mer

Avant l’orage

Blanc.

Blancs les moutons d’écume

Au pied de la maison perdue

Eclatée, morcelée

Ressaisie sous les paupières

Peuplée de morts étincelants

Noir.

Noirs les nuages de Bonnard

Pesant dans un ciel de traîne

Tout est pourtant si lent

Tout est pourtant si doux

En cette fin d’été

Rouge.

Rouge la braise du souvenir

Malgré la distance

Maison incandescente

En surplomb dans ma mémoire

Posée sur la toile

Comme une pierre un peu trop vive

Ce soir

Dans le courant des jours envolés

Ysiad


Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 23:09

incertitude.jpg

Puis, pendant plusieurs années, il lui avait appris à glisser son pied au sol, sans le plier, ployer la jambe et se rétablir. Et de cette démarche qui tenait plutôt du pingouin, il lui avait appris à faire un vol d’oiseau, à rivaliser avec les acrobates aériens, véritables plumes s’envolant sous la coupole du chapiteau.

Viviane Faudi-Khourdifi " Plumes de Cirque ", 2007.

 

Au bonheur des hommes

La boutiques des gens heureux

Et aussi celle de ceux qui cherchent le bonheur

Un brin d'amour

De l'amitié

De la reconnaissance

Beaucoup d'aisance

pour nouer des liens

forts

avec gens fidèles

et respectueux

des qualités

des défauts,

des différences

des retenues

des débordements

des absences,

des envahissements

du désœuvrement

de la boulimie

de l'asthénie

de la fringale

de la passion

de toutes ces choses

qui sont richesses

de l'être humain

Ana Surret

 

...Mais mon printemps à moi, c’est un sourire sur les lèvres de Lou, ce sont ses bras autour de mon cou comme lorsqu’elle était toute petite, c’est une étincelle de plaisir, de bonheur dans ses grands yeux noisette; mon printemps, c’est chaque fois que sa voix me chante ses rêves, ses projets, ce sont ses éclats de rire qui me disent : " Je vais bien, maman, je suis heureuse ! "

Danielle Akakpo

 

Si les mots avaient plus de muscles, je pourrais les lancer à la gueule de ceux que je hais. Si les mots étaient plus doux et s'ils avaient plus de savoir-faire, ils te diraient combien je t'aime.

Ernest J. Brooms

 

Les livres, le mot nous le dit si bien, nous livrent notre histoire, quel qu’en soit le sujet, c’est notre humanité qui s’y trouve racontée.

Nathalie Hense

 

On a beau être seul, en un regard, on peut ressusciter.

Jean-René Godule (Le non sens),

 

Enfant, je détestais les ouvriers, leur démarche lasse, leurs corps noués par la chaîne. Ce terme même de chaîne ne témoignait-il pas de leur condition d’esclaves ? Oui, je détestais les ouvriers, comme on peut les détester à neuf ans, lorsqu’on a vu, chaque jour de sa vie, le bleu paternel sécher près du poêle à mazout.

Françoise Guérin  (Du bleu dans le rose, Revue Hauteurs Déc. 2006)

 

Une jolie phrase de Chesterton pour ce début d'année :

Les anges volent parce qu'ils se prennent à la légère.

Désirée Boillot 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 16:00

derni--re-2007-copie-1.jpg

En attendant la prochaine et pour en terminer temporairement avec l’année 2007 ; avant d’avoir affaire au compte à rebours où après vous être distillé dans les bulles, de qui, de quoi avez-vous envie de vous souvenir ? Qu’est-ce qui vous ferait plaisir d’oublier ?

Vous n’avez droit qu’à trois réponses par question. Cela suffira-t-il pour dire ce que chacun attend finalement de la vie ? Rendez-vous dans une semaine ici même pour le découvrir.
Courrier à (
assocalipso@free.fr)


Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 17:56
undefined

Elles traînaient sur la commode à miroir, en les relisant on se demande quelle mystérieuse nécessité les a dictées et si elles font du bien ou pas. Quelle étrange idée aussi de vouloir les ramener à la lumière ? Dans l’obscurité, elles conversaient entre elles, en silence. Peut-être avaient-elles de secrètes intentions ? Une aspiration à nous entretenir un jour lointain de choses inédites ? Qui sait ce que le hasard leur proposera comme rendez-vous ? Une petite phrase suffira peut-être à déclencher un millier de signaux et c’est une autre histoire qui commencera alors, dans une autre chambre avec un autre homme, une autre femme et d’autres mots…

 

Petit bonheur

Petit bonheur deviendra grand

Petit d'homme deviendra grand

Rencontrera petit bonheur

Saura-t-il le faire grandir ?

Et le retenir ?

Petit bonheur est trépassé

Grand homme a oublié

La recette pour le garder

Faite de modestie et d'amour de l'autre

A qui la faute ?

Ana Surret


Ma vie est un pommier en pleine floraison qui plonge ses racines profondes dans le terreau de mon enfance, un terreau sombre et mouvant.

Régine Garcia


Avec les élevages actuels de pondeuses en batterie, même la noble profession de voleur de poules n'est plus ce qu'elle était.

Jean-Claude Touray Quatre brèves d'éthologie


La nuit, les tournesols s’affolent… moi aussi !

Ernest J. Brooms


Les mots me parlent, c'est pour ça que je me tais.

Guylaine de Fenoyl

 

Il est là tout nu, tout froid

Le mot hier brûlant

Aujourd’hui noirci

Sur l’ardoise blanche

Des jours de rien.

Corinne Jeanson

"J'ai tiré les rideaux sur ma solitude vieille comme le monde, vieille comme mon cœur qui ne palpite plus pour personne, comme mes rêves éveillés, mes souvenirs de rien ; vieille comme la peau parcheminée de mes mains agitées d'une douce démence, et qui ont trop vécu pour enlacer encore." ("Par la fenêtre", éd. La machine à écrire, 2001)

Emmanuelle Urien


Tout n'est pas grave.
 
 

Sylvette Heurtel

Ce que tu veux d’aujourd’hui, c’est l’arme d’une phrase

Contre le vide

A bricoler patiemment.

Juste une,

Mais à terrifier les soleils.

Magali Duru

 

"Alors, tels des enfants à la fenêtre, les mots surgissent d'entre les choses; les mots sont des secrets enfouis dans l'écorce étroite du jour..."

Carole Menahem-Lilin  "Enfances d'écorces", éd. Souffles, 2007, Quotidienne

 

Ton mal et ton tourment je voudrais partager,
Charger sur mes épaules un peu de ton fardeau
Pour que tu redeviennes mon fier équipier
Et pour qu’à mon sourire le tien refasse écho.

Danielle Akakpo

Esprit,

Que n'es-tu mort avec moi

Ensemble

Nous aurions ri des vivants

Gilbert Marques

Absence, un mot ? une sentence !

Quelle certitude ?

Un mot, une sentence, puis le silence...

Françoise Bouchet

La prime rose que je vis avait la corolle légère... (les deux premiers vers de mon premier triolet)

Jean Calbrix

Tous les hommes sont uniques, mais certains sont plus uniques que d'autres.

Valérie Lannoy


Il y a des sourires qu'on entend les yeux fermés...

Caroline Privault

A la pointe de l'amande

éclot une unique larme,

fleur de deuil.

Marie-Catherine Daniel

Peu me chaut du reste -comme disaient nos aïeux qui n'étaient pas forcément plus bêtes que nous- qui n'est plus pour moi que billevesées et coquecigrues : fi donc !

Suzanne Alvarez

Je me suis toujours coltiné les fringues des enfants de la voisine. Ca nous débarrasse, disait-elle, le sourire patelin serré sur les gencives. Et moi ça m’embarrasse, pensais-je, la hargne au cœur, contemplant le sac passer des bras prompts et disposés de la voisine à ceux avides et mendiants de ma mère. L’offre et la demande toutes deux satisfaites, et moi en marge.

Nathalie Hense

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 14:56

undefined
Au sommaire : Françoise Bouchet, André Fanet, Guy Vieilfault, Carole Menahem-Lilin, Claire de Viron, Marie Catherine Daniel, Françoise Guérin, Alain Emery, Emmanuel Renart, Sylvette Heurtel



Voilà, il fait 100 pages et est sorti de l’imprimerie plus tôt que prévu. Les auteurs devraient le recevoir pour la fête à LEON. Cela n’a rien à voir avec une bienveillance céleste, tout juste un concours de circonstances dont nous avons tiré profit. Bref, une histoire qui se termine avec l’année sans que l’on ait eu à supporter trop de mésaventures. C’est encourageant pour la prochaine édition qui se trouvera être la septième, l’âge dit-on des tiraillements et des ruptures, mais le temps aussi de rendez-vous prometteurs et de nouvelles liaisons. Nous comptons sur votre compagnie, auteurs et lecteurs, pour donner de la voix et nous dire d’insister ou pas.

Comme les précédentes publications, ce recueil des nouvelles primées au concours Calipso 2007 est proposé à prix coûtant ce qui équivaut cette année à 5,70€ l’exemplaire (frais de port en sus).
Commande à
assocalipso@free.fr

 

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Concours de nouvelles 2007
commenter cet article
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 20:56


Découvert dans le dernier numéro de la revue " Les Hésitations d’une Mouche " Salvatore Sanfilippo est poète et instituteur. Ses textes l’on conduit à être publié dans plusieurs revues comme Traction Brabant, Microbe, Verso, Portulan bleu … et courant 2008 dans un recueil de poèmes aux Editions Voix Tissées. Nous l’avons invité à partager un café…

  undefined

Dites-lui

Quand elle viendra

Que je suis monté sur le cèdre

Au bout du champ

Que c’est là que je l’attends

Attendre ici

Attendre ailleurs

Puisqu’il faut attendre

Huitième branche

A gauche

Pas trop près du bord

De là haut

La vue est dégagée

Impossible que l’on me confonde

Avec un quelconque volatile

Qui au moindre bruit

Prendrait la poudre d’escampette

Rien ne m’effraie

Je suis serein

Les yeux fixés au loin

Aucun mouvement

Ne trahit ma présence

Seul le souffle du vent

Dans le feuillage

Vient perturber le silence

Je suis insensible

A tout ce qui m’entoure

Même la pluie fine

Qui s’est mise à tomber

Ne m’affecte pas

Je l’attends

Je suis passé maître

Dans l’art d’attendre

Quand vous lui indiquerez mon refuge

Vous lui direz bien

Qu’elle crie bien fort mon nom

Je suis un peu sourd d’oreille

Salvatore Sanfilippo

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 21:10

Blogcity14image.jpg



 

 

Une chronique à la petite semaine de quelques judicieuses fabriques de littérature.

à cliquer dans les Aiguillages : 

Sur Mot Compte Double

Le monde à l’horizon, comme une orange : une page blanche noircit avec grâce par Carole Menahem-Lilin.

Sur Bonnes nouvelles

Une sélection de textes pour les Fêtes à découvrir ou à... redécouvrir sans modération.

Chez Stéphane Laurent

Quel que soit l’objet, Stéphane livre toujours ses réflexions sur un plateau… alors quand il est question de cinéma …

Sur Lenonsens, revue littéraire quinzomadaire

Hector Plasma, vous connaissez ? Et Stéphane Esserbé ? Et Jean-René Godule ? Vraiment, vous n’êtes pas encore abonné ?

Sur Histoires d’écrire

Notre coup de cœur poético-musical " Le vague de sa robe noire " de Corinne Jeanson, interprétée par Nicole Amann, mis en musique par Hervé Jeanson.

Sur Tant pis, je laisse

L’actualité littéraire et musicale d’Emmanuelle Urien et d’ici peu sa liste de courses…

Sur La scribouillarde

Avec le Père Noël, Danielle Akakpo réhabilite le rêve, avec Coluche, elle nous rappelle le cauchemar des laissés-pour-compte.

 

La dépêche expéditive de chez Reuters

La justice turque a condamné un retraité aveugle âgé de 73 ans à suivre un cours d'écriture et de lecture de près d'un mois pour ne pas s'être présenté lors de l'élection du conseil d'administration de la coopérative de son village.

"Que vais-je bien pouvoir faire dans une bibliothèque, mes yeux ne me servent à rien et je ne peux ni lire, ni écrire", a déploré le vieillard dans un article du quotidien local.

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Blogcity
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 18:26

Ombres-magnetiques-image.jpg

A la moitié du chemin de la vraie vie, nous étions environnés d’une sombre mélancolie, qu’ont exprimée tant de mots railleurs et tristes, dans le café de la jeunesse perdue.

Cette phrase de Guy Debord citée en épigraphe du roman de Patrick Modiano a rendu possible une captation du lecteur dans le sens où elle vient dire le besoin pour l’auteur de se défaire de la solitude du passé et la nécessité de s’adresser à un lecteur qui deviendrait partie intégrante de son remodelage.Comme les situationnistes des années soixante, il convie le lecteur à quelques dérives dans les rues de Paris, à la recherche d’êtres égarés et de lieux désertés. Obscures errances dans ce terrain vague qu’est devenue la ville - la vie ? Voyage dans les méandres du temps en compagnie de fantômes incertains, éternel retour des ombres.

Car depuis toujours les hommes ont cherché à apprivoiser les ombres. Beaucoup ont appris à ne rien entendre de ce qu’elles disaient. Certains se contentent de les regarder danser sans qu’elles occupent davantage leurs pensées, d’autres s’arc-boutent sur la seule absence et éprouvent des regrets infinis, d’autres encore les traquent jusqu’au couchant de leur vie et, parvenus au terme, peut-être alors entendent-ils l’écho d’une voix : est-ce moi qui avance dans la nuit - la vie ?

Quête d’une mémoire qui échappe, qui se délabre, d’une mémoire noyée dans les amalgames du souvenir, d’une mémoire qui se réfugie dans les cafés malfamés, qui s’illumine dans de vieux hôtels meublés, d’une mémoire qui s’engourdit dans les fêlures du cœur, fragmentée à tout jamais et qui s’épaissit des absences répétées au monde, d’une mémoire qui se profile entre les fumées, qui sent la braise et la chair crépitante, d’une mémoire qui s’efface du miroir pour mieux s’infiltrer par les interstices du rêve.

Patrick Modiano a choisi l’écriture pour faire la paix avec ses ombres et il demande au lecteur d’en être le témoin et l’acteur. C’est tout simplement lumineux.

Dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano aux Editions Gallimard, 149 pages, 14,5€

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 22:16


Nasreen-image.jpg

Le titre retenu pour ce spectacle préfigurait la tonalité de la soirée. Le pari était difficile : capter l’attention du public un soir où le divertissement, le comique et le défi compassionnel étaient largement promus sur la commune.

Amoureuse de la vie, Taslima Nasreen l’est profondément. Elle écrit comme elle respire, entre éclaircies et turbulences, tantôt paisible, joueuse, aimante, tantôt fébrile, enflammée, éprise de justice et de liberté. Engagée dans une lutte titanesque contre l’oppression des femmes, elle mène un combat radical fondé sur l’écrit : poèmes, récits, romans, articles de presse… des mots de colère et d’espoir, des mots enrobés de douceur et de rage, des mots du monde intérieur qu’elle offre au risque de sa vie, aux femmes prises dans le carcan de la religion.

Des poèmes fustigant l’intolérance, le fanatisme, l’enfermement, des poèmes pour contenir la peur et enrayer le désespoir, des poèmes pour rompre la solitude, tendre la main à toutes ces femmes blessées, mutilées, infirmes de leurs désirs d’amour…

L’interprétation à la fois chaleureuse et mordante de la comédienne Françoise Vergely, l’accompagnement musical, éclairé et percutant de Harvey Harder, ont fait de cette rencontre un évènement unique au Fontanil, un de ces moments rares où des femmes et des hommes se laissent transporter par l’émotion, par l’envie de partager, de soutenir, d’être en lien avec ces combats pour la dignité, ces épreuves de tous les jours. Un de ces moments forts qui donnent du sens à la vie.

Poèmes d’amour et de combat de Taslima Nasreen aux Editions Librio, 1,90€

C’était vendredi 7 décembre au Calipso, Le Fontanil.

Taslima Nasreen, comme tant d’autres de par le monde, est victime de nombreuses fatwas au Bangladesh pour avoir dénoncé l’oppression des femmes et des minorités non-islamiques. Elle vit en exil depuis 1994. Installée depuis quelques années à Calcutta, sa tête a de nouveau été mise à prix par plusieurs organisations islamistes indiennes. Des récompenses sont offertes pour sa décapitation…

Une nouvelle manifestation contre elle l’a une fois de plus obligée à quitter Calcutta le 22 novembre dernier. Elle est pour l’instant réfugiée à Delhi, mais pour combien de temps. Elle est poursuivie par la justice de ce pays et risque 3 ans de prison pour avoir attisé la haine et la discorde.  

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 19:21


Gris-primal-image.jpg


Les fêtes approchent, il est temps de se refaire une petite beauté… Cela tombe bien, au café nous avons ouvert un coin salon et c’est Jean-Claude Touray qui officie. Excusez du peu !
 

Deux gris sur ma palette

Gris primal

- C'est gris...

Les ciseaux, menés d'une habile main de coiffeuse, volètent avec agilité sur la nuque de l'homme. Il  ne voit pas, dehors, les menaçants nuages.

-Vous voulez dire mes cheveux ?

-Non, le ciel. Les ciseaux s'arrêtent, l'espace d'un sourire entendu, avant de reprendre leur cliquetis. " Avec les émissions actuelles de gaz à effet de serre, on est en train de détraquer le temps : vous trouvez ça normal, un week-end de printemps sans soleil ? "

L'homme est étonné du progrès des idées nouvelles, dans les menus propos sur le temps qu’il fait. Ce samedi matin, l'ambiance du salon est celle d'une ruche où, petites abeilles diligentes, d'actives ouvrières s'activent autour de clients des deux sexes. Ambiance combinée de cocoonage et bavardage; enfilage solennel de la blouse noire de protection ; incipit du shampooing que termine une ablution dans une eau lustrale. Cérémonies capillaires enfin, dans leurs déclinaisons diversifiées.

- On dégage le tour des oreilles ? La séance est bien avancée ; la coiffeuse a pris garde aux épis si on les coupe trop court, les cheveux se redressent tout le temps avec un air batailleur… gare à la houppe à la Tintin. Sèche-Cheveux, coups de brosse énergiques… " un peu de gel ? ". Voilà, c'est fini : le miroir à main fait le tour de l'arrière de la tête. Grâce au reflet dans la glace frontale, l'homme a une vision complète de sa nouvelle coiffure.

-Je ne les ai pas trop coupés ?

Terrible aveu, cette dénégation en forme de question. " Mais non, bien sûr, tout est parfait et d'ailleurs maintenant que pourrait-on faire ? ". Et l'homme se dit que c'est la première remarque que fera sa femme à la maison: " tu as la nuque beaucoup trop dégagée ".  

Gris bis

Non, ça ne va pas avec cette sauce gris biche...Trop " simple constat ". Je recommence, il y a deux gris sur ma palette.

- C'est gris…

- Grisonnant plutôt, si vous voulez parler de mes tempes dit l’homme... Rire de gorge profond de l'artiste antillaise. Ses ciseaux, qui becquetaient la nuque du client avec une élégance d'oiseaux-mouches, s'arrêtent étonnés.

- Non, je voulais parler du temps, beaucoup moins beau qu'à  La Désirade… Et la main habile de la quarteronne réactive aussitôt les ciseaux mouches.

L'homme trouve qu'elle sent la cannelle et le pain chaud, la muscade et le giroflier. Un peu plus tôt, alors qu'elle pratiquait la liturgie du shampooing, il avait été grisé par le capiteux parfum de sa gorge en partie dénudée.

- Je vous effleure le tour des oreilles ? La fille est maintenant vêtue d'un simple string et d'un lourd collier de fleurs d'hibiscus ; un soleil d'or rayonne dans le salon de coiffure dont les fenêtres sont largement ouvertes sur une plage de sable fin. Et voilà la sarabande finale, la danse du peigne et du séchoir. La fille lui gratte délicieusement le crâne, lui souffle une haleine tiède dans les oreilles lui masse longuement la nuque avec du lait de coco. Et c'est fini, fini, FINI.

Souriant, l'homme rajuste ses Ray Ban et sort, l'œil illuminé.

Il va là-bas, loin, derrière les tours et les barres de la cité. Il sait qu’un jour il y verra les cocotiers, la plage...

Jean-Claude Touray

   

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article