Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 08:00

Election-14.jpg

 

 

Regard d’un Belge sur les municipales françaises.

 

par Patrick LEDENT  

 

 

Dans un récent article sur ce même blog, Claude Bachelier évoquait la république en danger. Je partage, hélas, son point de vue.

 

Je n’en veux pour preuve que les résultats de Fréjus et Béziers (entre autres), aux dernières municipales. Fréjus passe au FN parce que les deux candidats UMP (ou assimilés) se maintiennent ; Béziers parce que le candidat socialiste refuse de se retirer, bravant les injonctions de son parti. Donc, oui, comme l’écrivait Claude Bachelier, il faut du courage pour lutter contre les extrémismes : en l’occurrence, pour faire front dans le premier cas, et pour renvoyer son orgueil au vestiaire dans le second.

 

Bien sûr, les abstentionnistes ont aussi leur part de responsabilité. Car l'abstention est bien moins la déclaration d'un ras-le-bol à l'encontre des dirigeants traditionnels – comme se plaisent à le clamer les médias – qu'une lâcheté coupable qui porte au pouvoir les minorités extrémistes, très mobilisées (les taux d'abstention sont moindres à Fréjus (28%) et à Béziers (32%), que la moyenne nationale (36%)).

 

Je me suis livré à un petit calcul d'arithmétique élémentaire. M. Rachline, à Fréjus, est élu avec 45,5% des suffrages exprimés, ce qui représente 17,5% de la population (100% - 54,5% (opposants) -28% (abstentionnistes)). Quant M. Ménard, à Béziers, il est élu avec 47% des suffrages exprimés, ce qui représente 15% de la population (100% -53% (opposants)-32% (abstentionnistes)). Voilà deux maires qui auront à dos, ipso facto, près de la 85% de leurs administrés! Et voilà où conduit l’abstention !

 

J’admets que pour ces petits calculs, je pars du principe que tous les partisans du FN se sont mobilisés. Je n'en ai pas la preuve, mais qui en doute? La haine ne s’essouffle jamais car là où l’amour comble, la haine creuse. Or, on le sait, les gouffres sont sans fond.

 

En Belgique, le vote est obligatoire. Une idée à suivre ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Lza 15/04/2014 09:33


Dans ma commune, c'était une liste unique: impossible de barrer des noms ou d'en ajouter; J'ai donc voté blanc, comme près d'un tiers des votants!


Consternée par les résultats du F.N, je constate que beaucoup de ces élus n'ont pas attendu pour dévoiler qui ils sont: c'est peut-être quelque chose qui fera réfléchir aux prochaines élections.

Patrick LEDENT 07/04/2014 08:54


Merci pour vos réactions.


Je me suis borné à constater que l'abstention profitait arithmétiquement et mécaniquement aux minorités, plus motivées. Je veux éviter que 10% d'une population donnée installent demain
démocratiquement des fascistes au pouvoir. Cette motivation l'emporte largement sur le message de ras-le-bol que j'ai envie, moi aussi, de faire passer ou sur le sentiment d'inanité que m'inspire
un vote classique, puisqu'aussi bien droite et gauche appliquent aujourd'hui, globalement, la même recette, globalisation oblige. 


Notre société est capitaliste, c'est-à-dire inféodée à la croissance sans laquelle nous courons à la banqueroute et avec laquelle nous courons à notre perte. Donc, en mai prochain,
Yvonne, chère compatriote, je voterai pour le parti qui me donnera à penser qu'un avenir est possible. Et, une fois de plus, je ferai semblant d'y croire : je n'ai pas le choix!

Marlène 06/04/2014 09:17


Se déplacer pour voter blanc quand ces votes blancs ne sont pas pris en compte dans les dépouillements ..... voilà ce qui arrive, fatalement : les citoyens restent chez eux ! Rendre obligatoire
le vote !!? A condition de tenir compte de TOUS LES VOTES, sinon où serait la démocratie !?

danielle 06/04/2014 08:55


Voter blanc est aussi une façon de manifester son désarroi, sa colère: si je veux dire à tous ces candidats que j'en ai assez de leurs promesses, de leurs magouilles, que je ne me reconnais pas
dans leur politique, il ne me reste que cette solution.

Yvonne Oter 06/04/2014 08:35


Oui, Patrick, en Belgique, le vote est obligatoire. Ce qui me fait parfois râler si, par hasard ce jour-là, il pleut ou j'avais prévu de faire autre chose. 


Un problème se pose à moi cette année, le 25 mai, pour le prochain scrutin : pour qui vais-je bien pouvoir voter ? Je sais très bien pour qui je ne voterai pas, cela c'est certain, mais alors,
pour qui ?


 


Et c'est là que je comprends très bien la réaction de mes amis français qui se sont abstenus. S'ils étaient dans le même état d'esprit que moi, pourquoi auraient-ils pris la peine de faire un
détour par l'isoloir ? 


Leur réaction devrait donner à penser aux divers candidats, quelle que soit leur couleur affichée. C'est à eux de nous motiver à aller voter et non l'inverse.