Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 21:49

portrait-image.jpg

Comment se débrouiller d’une demande d’autoportrait ? Quelles portes secrètes ouvrir ? Quelles hypothèses proposer au regard de l’autre ? Quelles propositions vont provoquer un clin d’œil complice, un sourire en coin, un éclat de rire, un coup de sang ? Qu’est-ce qui au bout du compte sera entendu, retenu, répété et escamoté ? Soucieuse d’y voir un peu plus clair, Ysiad s’est penchée sur la question…

  

Portrait de soi

 

Ces temps-ci, je suis à cran. Mon fils prépare ses dossiers de candidature post-bac et parmi ceux-ci, il y en a un qui demande au candidat de dresser en une page un portrait de lui-même. En toute objectivité. Avec ses qualités, et ses défauts. Il s’agit de faire une lettre la mieux tournée possible, toute l’habileté consistant à faire sentir au destinataire que les points faibles sont loin d’être rédhibitoires, et qu’ils peuvent être largement compensés par les points forts. Cet exercice ô combien délicat me renvoie à l’époque où je passais des tests de recrutement pour décrocher un poste stable. Questionnaire à choix multiples, problèmes de logique, analyses graphologiques et de personnalité ; j’ai eu droit à tout, même à l’épreuve orale, ma bête noire. Que dire ? Comment éviter les écueils ? Au moment d’aborder le versant des défauts, je bafouillais avec le sentiment de battre ma coulpe comme à confesse, et je ne sais toujours pas pour quelle raison bizarre j’avouai un jour, dans un élan de folle sincérité, que j’avais tendance à m’empiffrer de chocolat pour repousser le stress auquel j’étais sujette. Si l’époque a changé, les symptômes sont restés les mêmes : je me goinfre discrètement alors que Léo sèche sur sa feuille. Il a écrit son premier paragraphe, mettant en valeur ses points forts, mais pour ce qui est des points faibles, il cale. Panne sèche. Rien ne lui vient à l’esprit. Comme s’il ne savait comment orienter sa lettre vers les zones sombres de sa personnalité. Je tournicote autour de lui, le torchon sur le bras, range les tasses à café dans le buffet, marmonne toute seule, la bouche pleine de Ritter Sport. Chalop’rie de dochier…exerchiche chtupide… Léo soupire. Fais moins d’bruit, M’man. Je travaille. Je m’éloigne avec mon anxiété, quand Julie entre dans la pièce, enveloppée de son peignoir. Léo lève le nez. Ah, Julie, tu tombes bien. Tu pourrais pas m’trouver un ou deux défauts ? Faut qu’je remplisse mon dossier… Intriguée, elle s’approche de son frère et se penche pour lire par-dessus son épaule : " … Mes principaux points forts résident dans la diversité de mes centres d’intérêt et dans une grande curiosité intellectuelle quant à la littérature, la poésie, la musique, l’art en général…blablabla… Cependant, comme tout un chacun, plusieurs atouts me font défaut… " Julie a soudain un gros sourire. Bon, dit-elle. C’est simple. Commençons par le commencement. Voyons… T’es méchant, très méchant… intolérant… hypocrite… avare… machiste… jaloux…Léo s’agite sur sa chaise. Ok, Julie. Stop. On arrête. Va jouer ailleurs, tu m’aides pas. – Ah non. Tu me demandes un service, j’ai pas fini ! Bruyant, surtout quand tu rentres d’une fête et que t’as trop bu; voleur, tu me piques tout le temps mon effaceur, mes feutres, ma crème anti-boutons, ma raquette de ping-pong ; salaud, tu m’aides pas pour mes exercices de maths ; cruel, tu ne nourris jamais Patou et tu lui dis : ta gueule quand il miaule ; paresseux, tu fous rien, tu vides jamais le lave-vaisselle, tu fais jamais les courses ; chiant, têtu, orgueilleux, faux-cul, irrespectueux, indélicat, menteur, grossier, bête…J’oubliais : Tu pues des pieds…Voilà pour une première fournée. Si t’as besoin d’autres idées, t’as qu’à me demander !

Sa sœur étant partie, pris d’une soudaine inspiration, Léo a repris la plume. " … plusieurs atouts me font défaut, comme la patience… Je suis parfois trop exigeant à l’égard de moi-même et des autres, ce qui m’amène à être trop critique, constituant ainsi un défaut non négligeable. "

On ne le dira jamais assez : en matière de portrait de soi, tout est une question de dosage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

ysiad 15/06/2010 13:39



Merci Annie. Le dernier exploit en date de Léo c'est les clés qu'il a jetées par la fenêtre, elles se sont cassées bien sûr et je n'avais pas de double. Le serrurier m'a dit en riant que c'est
lorsque l'enfant est majeur qu'il fait le plus de conneries.


Le seul à peu près raisonnable dans cette famille, c'est...



annie 15/06/2010 10:00



Une tranche de vie familiale comme sait si bien nous les décrire Ysiad, et comme à chaque fois, on sourit, on rit  ... et on en redemande... Merci Ysiad, le portrait de Léo est là, dans tes
lignes.



ysiad 15/06/2010 08:48



Tu ne sais pas si bien dire : Patou se terre sous un meuble et dès qu'ils ont fini de s'engueuler, il miaule car les disputes lui donnent une faim de loup



Jean 15/06/2010 02:32



Quand même, Patou n'a pas une vie de tout repos. Je l'imagine bien, avachi sur son radiateur, comptant les coups entre Julie et Léo, en attendant une gamelle qui tarde à venir.


Bravo, Ysiad, pour cette petite satire sur l'inquisition moderne.



claude 12/06/2010 01:42



On n'est jamais aussi bien vu que par ses proches. Ce grand fiston est l'archétype des adolescents et je comprends qu'il lui soit difficile de faire son auto portrait.