Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 08:00

Voyage-ysiad.jpg

 

Comment bien foirer en choisissant de se dépayser (deuxième partie)

Ysiad

 

 

Pour ceux que ça intéresse, nous poursuivons l’ébouriffante série « foirer c’est bien, mais bien foirer, c’est mieux », avec un périple qui consiste à décoller d’Akureyri  au nord de l’Islande pour atteindre Glasgow en zigzagant entre les particules de cendre, et à obtenir si possible un verre de champagne pour fêter les deux places que vous et votre fille avez obtenues à bord de ce vol très hypothétique d’Icelandair, mais malheureusement toujours pas de champagne, ah flûte, encore foiré, et  pour vous punir de poser des questions saugrenues, l’hôtesse à grandes moustaches et tresses blondes vous colle trois glaçons tintinnabulants dans votre verre à eau. Allez, buvez un peu d’eau fraîche avant le Scottish whisky que vous rêvez de vous jeter derrière l’épaule à l’aéroport de Glasgow pour vous remettre de vos émotions…

 

 

Glasgow, donc, après des heures d’attente à faire les cent pas à l’aéroport. Avec tous ces décalages, vous ne savez plus quel jour on est, mais votre fille vaillante est là pour récupérer les valises avant l’enregistrement pour le vol de New-York, toujours avec l’épatante compagnie d’Icelandair. Il y a encore du retard et il faudra attendre deux bonnes heures au bar pour qu’enfin, l’avion s’arrache du sol écossais et mette le cap sur la côte Est.

A bord de l’avion, on vous servira du poulet froid, des haricots froids, une compote froide, une grande rasade de champ… d’eau des volcans d’Islande, côté alcool festif, en plein dans le cratère, c’est foiré.

… A la douane de JFK, ce ne sont pas des petits plaisantins qu’ils ont installé dans les guérites, ah ça non, et lorsque le douanier à la mine patibulaire se penche pour vous demander la raison de votre séjour à New-York, vous vous abstenez de sortir que vous menez une enquête sur que choisir parmi la carte du Mac Do pour devenir obèse en moins d’une semaine, vous dites que c’est pour du tourisme.

Il est une heure du matin lorsque le taxi vous dépose devant la porte de l’immeuble de la 49ème rue où vous avez loué un studio à deux pas du quartier de Times Square. 1er étage, deuxième étage, vous y êtes. En dépliant le lit, vous pensez que ça y est, « you made it », pendant que votre fille chante New-York, New-York en dansant dans la pièce.

Et les jours s’écouleront dans New-York la trépidante, et les pommiers et les cerisiers de Central Park seront en fleurs, et les écureuils ne seront pas tristes du tout le lundi (contrairement à ce que prétend Madame Pancol), et le Chrysler Building brillera de tout son éclat dans le soleil de cinq heures du soir, et Manhattan s’étalera enfin à vos pieds, grouillante et pleine de vie, et Brooklyn vous évoquera l’ambiance poétique et jazzy des films de Woody Allen. Et le temps fuira, tout simplement. Vous aurez le cœur gros le jour du départ. Si gros que vous n’entendrez pas les sirènes des voitures de police quadrillant le quartier de Times Square, et que vous quitterez l’effervescence de l’aéroport avec du retard encore une fois. Ce n’est qu’après une escale à Reykjavik que vous apercevrez enfin par le hublot les colonnes de fumée noire et blanche sortant du cratère du volcan au doux nom de Eyjafjallajökull (sois poli, petit).

En mettant un pied sur le sol français, on vous apprendra que vous avez échappé à un attentat à la voiture piégée dans le quartier de Times Square et que pour le prochain voyage, à moins de tenir à bien le foirer, il serait sans doute préférable de consulter les oracles…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Comment bien foirer...
commenter cet article

commentaires

jean 25/05/2012 18:53


Tout est bien qui finit bien, quand même. Finalement, la foirade, c'est le sel de la vie et c'est l'occasion de nous offrir des textes croustillants, Ysiad. Et ce n'est pas une foirade !

Castor tillon 21/05/2012 14:47


Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à vouloir te sevrer, dans ces compagnies aériennes ? Ces gens sont d'un pénible...
Merci à Ysiad's tours en tout cas, j'ai bien rigolé.