Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 08:00

Gaillard3.jpg

 

Remords radioactifs

Vieufou

 

 

Nous sommes les humains de l'avant-dernier âge
Derniers colocataires de ce caillou si grand
Qui n'a pu contenir la force des orages
Jaillis en tourbillons de nos cerveaux déments

Voici le bon vieux temps, celui qu'on attendait
Voici venue la fin du siècle de la honte
L'âge de la retraite pour notre race usée
Rattrapée par ses rêves à la fin du décompte

Quelques A 320 en pleine migration
Déchirent en rugissant notre ciel carbonique
Des baleines bourrées de bébés à neutrons
Sillonnent un océan défunt, mais pacifique

Dinosaures d'acier rouillés et grimaçants
De vieux Caterpillar pareils à des dragons
Dévorent les forêts, engloutissent les champs
Puis défèquent en grinçant des tonnes de béton

Et dans ces gris étrons aux formes pipédiques
Nous nous précipitons pour tisser des cocons,
Insectes prétentieux frappés par la panique
Nous croyons trouver Dieu dans l'éclat des néons

Et nous nous entassons, fourmilière anarchique
Et nous nous débattons pour nous faire une place
Et nous nous disputons sur des questions d'éthique
Tuant pour les besoins de survie de la race

Nos esprits connectés au circuit vidéo
Sont maintenus en vie par d'innombrables chaînes
Et nous applaudissons d'ennuyeux No-one Shows
Sans nous apercevoir que nous sommes à l'antenne

Nous faisons tournoyer des roues de l'Infortune
Croyant pouvoir un jour empocher le million
Mais nous arrivons juste à décrocher la lune
Croyant être tombés sur un précieux filon

Nous nous laissons aller à d'annuels mamours
Qui n'ont d'autre dessein que la procréation
Et en toute saison nous pensons que l'amour
C'est regarder ensemble la même télévision

Nous pratiquons souvent, et avec quels délices
La culture intensive des champignons géants
Charmés par les couleurs de ces feux d'artifice
Qui nous ont redonné nos sourires d'enfants

Corrigés les gauchers, gommés les trisomiques
Plus d'homosexuels et plus de révoltés
Finis les agités, les poètes utopiques
On vous bricole un gène et vous êtes parfait

Notre sport favori est l'écrase-piétons
Rien n'émeut désormais notre âme aseptisée
La conscience lavée de tout regret bidon
Nous avons oublié nos rêves démesurés

Je voudrais m'excuser de ces remords tardifs
Je demande pardon pour notre race entière
Mais j'ai du mal, vraiment, à me sentir fautif
Je suis morteterrien et je n'en suis pas fier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jordy 13/03/2013 22:13


Poème très efficace, qui décomptent les vérités qui blessent. Bravo

Lza 13/03/2013 17:03


Tous ces financiers envahissent le domaine public et parasitent toutes nos activités. On en vient à les repérer... pour éviter d'acheter leurs produits.

Jean 13/03/2013 12:11


Je n'ai rien contre le béton et en tout cas je préfère un hopital en béton qu'une barraque insalubre.


Par contre, j'ai une dent contre les marchands de béton, surtout quand ils squatent une chaîne nationale qui était le bien de tous et qui est devenue leur propriété privée pour mieux abrutir
la population !

Lza 13/03/2013 10:01


...Non, la terre n'est pas morte, elle survit, hélas!


Ses miasmes à l'affût, ils vous guettent, ceux qui passent.


Vous qui venez d'ailleurs, surtout, n'approchez pas


Vous pourriez devenir aussi fous : on vous chasse!

SophiE 13/03/2013 09:45


Et un bon coup de pied dans la fourmilière, c'est quelquefois un défoulement salutaire! Bravo pour le poème en tout cas.