Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 08:00

Ledent5.jpg

 

Tout le monde à table ! (2)

Patrick Ledent

 

 

Ils sont arrivés tous à la fois sur le coup de 19 heures. Ça a fait un bouchon jusque sur le trottoir. Le pauvre Bernard observait la scène depuis l’autre côté de la rue. Sa gueule de chien battu m’a réjoui. Il aurait fait pleurer une paire de lunettes en vitrine. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui adresser un petit bonjour ironique, tandis que je faisais entrer tout ce beau monde à la queue-leu-leu. Un apéritif offert, une pub dans le journal local, un prétexte bricolé, et tous de répondre présent. Sommes-nous à ce point manipulables ? À quoi pensaient-ils ? N’y croyaient-ils vraiment pas ou cherchaient-ils à vaincre leur trouille en faisant bombance ? Bah ! Quelle importance après tout ? D’un côté comme de l’autre, ils étaient sans noblesse. La vérité ne s’élude pas, elle s’affronte. Savoir mourir, c’est une ultime leçon de savoir-vivre.  

Je m’étais impliqué en cuisine. Je voulais que tout fût parfait. Trente-six personnes, menu unique : je pouvais assurer sans aide. J’avais d’ailleurs donné congé à mon assistant. C’était mon idée et j’entendais la servir en toute indépendance.

Ma femme s’activait en salle, comme d’habitude. Elle m’a épaté. Fallait voir la vaisselle sur les tables dressées ! Un petit cercueil pour l’entrée, un plus grand pour le plat de résistance, des fauchons en guise de couteaux et des ciboires en forme de crânes évidés pour le vin. Elle avait trouvé le tout en location sur internet. J’ai apprécié. J’allais devoir mettre les bouchées doubles pour ne pas la décevoir.

Fallait les voir s’esclaffer ! Des gosses ! Chacun soulevait son cercueil et y allait de sa réflexion, de table en table. J’entendis des « c’est mignon » et des « c’est adorable », qui m’auraient fait grimper en mayonnaise si je ne connaissais pas la suite. Parce que tout de même, il était tout sauf mignon, mon restaurant aux allures de caveau. Jusqu’aux tentures que nous avions couvertes de fausses toiles d’araignées ! Il n’y avait vraiment que des demeurés pour trouver ça adorable. Des demeurés ou des lâches, on y revient ! Certaines personnes s’obstinent à ne voir que le bon côté des choses, quitte à les travestir, au mépris de la plus éclatante évidence. Méthode Coué, mon œil ! Méthode couard, ça oui !

                                                                                                               à suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Danielle Akakpo 14/02/2013 15:12


Il a la dent dure, Patrck Ledent! La suite, vite!