Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 08:00

    Ton-retour-copie-1.jpg

 

J'attendrai toujours Ton retour

Jean-Luc Lapoule

 

 

(éternellement noir)


Et Jesus s'approcha des beaux quartiers. Il marchait seul et les pieds nus dans les grandes rues désertes de la ville lumière. Il n'y avait pas trace de pêché. Il n'y avait pas trace de misère. Quel était ce mystère ? Les Hommes étaient-ils devenus soudain si purs ?

Et Jésus vit une fidèle venir à lui. Mais elle ne lui adressa pas la bonne parole et la vieille dame endimanchée le toisa de très haut, comme s'il n'avait pas l'air très catholique. D'autres encore passèrent à ses côtés. Certains se signaient à sa vue, un rictus sur le visage et les yeux tournés vers le ciel.
Jésus dit alors : "Heureux les fils et filles de Dieu dans ce royaume de paix, où le silence des rues nous rapproche du chemin éternel"

Et Jésus écarta les bras de son corps pour tendre les mains vers ses frères et soeurs du 16e arrondissement. Comme il se tenait ainsi immobile, en cet instant de grâce, les deux patrouilleurs du secteur n'eurent aucune peine à solidariser ses poignets puis le conduire enchristé dans un fourgon tout illuminé.

Et Jésus dit au flic face à lui : "Ma maison est mon coeur, je porte le message de l'Amour universel, je traverse des jours entiers ce monde terrestre à la rencontre des créatures de Dieu"

- Bon, je mets VRP, sans domicile fixe, et pour la nationalité ?

- y cause impeccablement not'langue ; sûrement un de ces chrétiens arabes, de par là-bas, Liban, Syrie... encore un resquilleur de conflit qui vient bouffer notre pain quotidien...

Et Jésus multiplia les rencontres hasardeuses. Le 7e jour, il s'approcha de la maison du Seigneur ; l'église était bondée de familles bien mises. Et Jésus reconnut parmi certaines, des codisciples à la Judas dont l'optique l'avait récemment tout droit conduit sur le palier de la souffrance.
Et Jésus s'approcha de l'autel et dit : "Je suis venu pour absoudre vos pêchés et pardonner aussi à ceux qui nous ont offensés..." A ces paroles prophétiques, la foule abasourdie soudain s'éveilla !

- Faites donc taire ce métèque !

- Dehors les pouilleux, pas dans nos quartiers !

- Qu'il retourne dans son pays !

- Laissez-nous choisir nos pauvres !

- Respectez les bons chrétiens, chacun sa civilisation !

- Pas de communistes chez nous !

Alors Jésus, comme par miracle, sortit une perforeuse-visseuse sans fil de son suaire, et, avec une sacrée maîtrise, issue des préceptes que son père adoptif lui avait enseignés dans ses premières années d'apprenti charpentier, se crucifia vite fait, pour enfin mettre fin à toute cette grand-messe, ma foi sans même penser à rédiger le moindre testament...

Et l'on pouvait lire cette épitaphe habilement gravée dans le montant de bois surplombant son visage : "Jésus, fruit de vos entrailles, ébéniste"



Confidentiel - Le commissaire d'arrondissement déclara dans son rapport :

Affaire classée. Banal fait divers. Nombreux témoins. Delta Charlie Delta après TS non infructueuse. Il n'y a pas de miracle ces temps-ci. C'est bien la fin des métiers manuels de nos jours. L'artisanat est définitivement mort en France. Quelle épreuve, cette crise !

AVERTISSEMENT - Toute ressemblance entre cet artisan chômeur d'origine portugaise et un autre type serait purement fortuite et pas très amène.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie-cécile 19/01/2013 11:27


C'est quand même bien pratique tous ces trucs sans fil : on y gagne fort en spontanéité !

Ryko 11/01/2013 11:26


Sûr que si Jésus revient maintenant, c'est que,  soit l'humanité a atteint le sommet de l'inhumanité, soit que le pire est imminent.


Il aurait mieux fait d'aller taper à la porte de St Bouygues et postuler à un poste de charpentier (même sans papier, il prennent) avec son bagout, il se serait vite retrouvé dans les télécoms.
Et là, il aurait fait un carton. Même le pape s'y est mis.

Castor tillon 10/01/2013 03:59


Je ne connais que Lapoule pour envoyer Jésus se faire enchrister dans ses textes.


Ne le répétez à personne, surtout pas à lui, mais son récit est un grand message d'amour.

emma 08/01/2013 13:46


Un petit régal, y compris le titre !

Joël H 03/01/2013 19:20


Mon pauvre Jésus, attend donc la fin du monde capitaliste pour revenir !


Tu ne les entends pas, les prêtres de la religion fric : "Au nom du Pèse, du Fisc   et du saint Profit, amène ( ce qu'il te reste) !"