Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:00

concert-matinal.jpg

Concert matinal

par Jean Gualbert

 

Dans un vrombissement sourd qui m’arrache au monde apaisant du sommeil, le réveil sonne. Ce doit être l’aube, à peine, le cocon de la nuit n’a pas encore commencé à dissiper son ombre protectrice. J’émerge de mes rêves, comme on s’arrache à la béatitude d’une douce après-midi de farniente, avec peine, en tentant désespérément de m’accrocher à la moindre parcelle d’abandon. Paresseusement, je m’étire, j’étends bras et jambes à la découverte de l’univers qui m’enveloppe. Le lit est vide, l’espace est mien, sans personne pour hâter cette reprise de conscience que je veux la plus douce, la plus progressive possible. Je baille, puis, défiant le temps qui m’exhorte à sortir de ma torpeur, je me recroqueville et somnole encore quelques minutes. Ah, cette jouissance d’être au chaud, entièrement détendue, confortablement blottie sous mes couvertures… Effacés, les soucis quotidiens, les échos des soubresauts de l’économie ou de vaines querelles électorales, les inquiétudes pour mon avenir professionnel, sentimental. Je profite de ces trop courts instants de bonheur grappillés à une nouvelle journée qui commence, promesses de quelques autres moments de plaisir qu’il me faudra arracher au quotidien, si précieux pour agrémenter une existence tranquille et routinière, si nécessaires à l’équilibre de mes sentiments, de mes émotions.

Le soleil vient de se lever, il fera splendide aujourd’hui. Ces minutes de sommeil dérobées m’ont fait le plus grand bien. Que la vie est douce ! Je suis zen, reposée, pleine d’énergie, d’optimisme. Dehors, les oiseaux baignent le jardin de leur mélodieux concert matinal. Un réveil en musique, quoi de mieux pour démarrer la journée ? La nature est si généreuse, me comble tant par la résonance qu’elle offre avec ma paix intérieure… J’essaie de reconnaître mes préférés, les grives, les rouges-gorges. Peut-être même, si la chance me sourit, le discret rossignol qui habite les haies du fond de mon potager. Depuis toujours, je les aime, les oiseaux. L’hiver, je prends grand soin de les nourrir, je leur choisis leurs friandises préférées, graines assorties, boules de graisse, couennes de lard ; l’été, je ne me lasse pas de les admirer dans ces magnifiques réserves qui les abritent, sur les chemins de la forêt de Bondy où j’aime à passer mes dimanches. J’apprends à reconnaître leur chant, je m’amuse de leurs conflits, de leurs stratégies subtiles pour dérober au voisin le ver le plus gras, le fruit le plus sucré ! Finalement, ils ne sont pas très différents de nous, aux prises avec leurs difficultés quotidiennes, mais toujours prêts à célébrer leurs joies, à faire admirer leurs plus belles plumes.

Mon bel enthousiasme retombe vite. Rien de cette délicate euphonie à laquelle j’aspirais. Les merles ont pris le dessus, avec leurs cris batailleurs, leurs pépiements stridents. De minables boules de plumes d’un noir sorti de l’enfer, que des yeux d’un jaune sournois et un bec querelleur à l’immonde pâleur flavescente me rendent odieux ! Les voir chasser mésanges et rouges-queues, mettre la pagaille dans l’harmonie de ma pelouse me hérisse. Leur tintamarre agressif et moqueur m’assourdit ! Quelle cacophonie, pour de si petits animaux ! Ils ne respectent rien, troublent comme par défi tant le réveil laborieux des jours de semaine que le repos dominical ou la sieste estivale des citadins épuisés. Inutiles, fainéants, malpropres, bagarreurs, ces volatiles médiocres sont la disgrâce du monde ailé.

Naturellement, la sarabande des merles continue. Et comme par hasard, juste sous mes fenêtres, pas chez la voisine ! Cette blonde plus stupide que la plus bornée des linottes, dont je dois supporter les jérémiades à longueur d’année. Cette demeurée perverse qui guette mes moindres faits et gestes pour les rapporter aussitôt au quartier tout entier. Cette feignasse qui perd ses journées à ne rien faire de plus utile que d’enquiquiner son monde.

Et cela piaille, cela criaille…  À croire que c’est ma maudite voisine qui me les envoie, juste pour m’embêter. On s’imaginerait dans un film de Hitchcock !

Tchiiip ! En voilà au moins un que je n’entendrai plus…

Je souris en pensant à mon chat, déjà en chasse de bon matin. Quel charmant compagnon, nous nous comprenons si bien ! Comme moi, il apprécie le confort d’un coussin douillet, la chaleur enveloppante d’une sieste prolongée. Il faut le voir, à l’heure du repas, inspecter le contenu de la boîte que je lui ouvre. Monsieur ne mangerait pas n’importe quoi, non, il lui faut le plus succulent. C’est un épicurien à mon image, qui adore se pelotonner dans mes bras en ronronnant de plaisir, à ses heures seulement. Mais c’est un faux pataud, malheur à qui le sous-estime ! Plus que tout, son instinct de chasseur, sa manière de se fondre dans le paysage, d’approcher ses proies sans que rien ne laisse deviner sa présence, puis de bondir et de leur briser la nuque en un seul mouvement me fascine. Quelque part, je suis d’humeur très féline, aujourd’hui.

Allons, une douche revigorante, un café bien chaud, et c’est parti pour une journée pleine de promesses.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Les 100 derniers jours
commenter cet article

commentaires

Annick 02/02/2012 19:30


Oui une allégorie. mais avec une douche et bon café, tout s'arrange et on repart.

Laurence M 01/02/2012 23:38


Oui, j'ai compris ce texte comme une ... allégorie !

Pilgrim 01/02/2012 18:32


L'art de se placer hors du temps...

Jean G 01/02/2012 15:02


c'est bien cela, un peu comme certaines promesses de saison...

Laurence M 01/02/2012 13:15


ça démarre avec un joli tableau bucolique fort réussi et ça finit en cauchemar !