Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 08:00

Jour--17.jpg

 

Nuit d'avril

Bastien Zukkas

 

Il n'avait pas eu le courage de rester avec les siens. Les uns après les autres, ils s'étaient effondrés. Lui-même avait chaviré.

Toute la nuit il avait déambulé dans la ville livrée à la confusion. Du centre à la périphérie, les bandes des quartiers s'insultaient et en venaient aux mains. Du côté de l'hôtel de ville et de la préfecture, des activistes conspuaient les forces de l'ordre et appelaient à la résistance tandis que des vétérans, engouffrés dans leurs drapeaux, entonnaient des chants militaires. Ça et là, des couples s'accusaient, des voisins se dénonçaient. En petits groupes, des adolescents éblouis s'en prenaient aux voitures, aux abris bus, aux poubelles du dimanche soir. Un peu partout des patrouilleurs bruns paradaient hochant la tête au rythme des bottes. Les bars sentaient tous la même sueur, aigre et fielleuse. Il avait bu comme jamais. L'alcool n'avait pas enrayé l'effroi. Au contraire, de vieux démons avaient ressurgi. Il lui avait fallu des années pour apprivoiser son agressivité et se détourner de la violence et voilà qu'il se sentait submergé par un ressentiment impossible à canaliser, prêt à prendre les armes, à monter au front sans avoir recours aux mots. Son estomac recommençait à le torturer et du sang lui remontait dans la gorge. D'ici quelques jours ses joues se creuseraient, ses côtes deviendraient saillantes et ses mains ne se réchaufferaient plus qu'au contact de l'automatique.

La veille avait été une magnifique journée de printemps, peut-être un peu trop chaude. Le soir, devant des millions de gens impatients, le 20h avait ouvert sur un œil noir et la mine hargneuse d'une poignée de rescapés de l'époque reptilienne.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Les 100 derniers jours
commenter cet article

commentaires

Castor tillon 22/04/2012 17:02


La violence est une phéromone empoisonnée qui transforme les individus, quand ils se rassemblent, en un bloc de haine.


Bien vu et bien décrit, Bastien.

Patrick 20/04/2012 10:07


L'histoire de l'humanité nous montre que la bête immonde ne dort toujours que d'un oeil...

Lza 20/04/2012 09:36


C'est une nuit d'avril que suivra un "Matin brun?"

Georges Brassens 20/04/2012 08:44


"Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort lente, mais de mort len-en-en-te"

Joël H 20/04/2012 08:27


Eh oui, la tentation de la violence est là quand la pression devient intolérable...