Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 08:00

Jour--2-copie-1.jpg 

BLEU

Patrick Denys

 

 

Une étoile bleue était née et depuis, la lumière avait changé dans le ciel et sur les murs de la ville. On disait que cette étoile se rapprochait dangereusement et c’était grande peur. D’un grand froid soudain ou d’un embrasement.

En des temps plus anciens, le bleu avait bonne réputation : splendeur de la terre vue de là-haut, pureté du ciel après la pluie, bleu « majorel », bleu des yeux… On disait que le bleu faisait miracle sur la peau, on racontait son pouvoir sur les humeurs, on prétendait encore qu’il délivrait de la dépression et éveillait de la torpeur. Mais, des gens plus instruits disaient aussi que le bleu était la lumière des ondes courtes.

Et  voilà que l’étoile s’est encore rapprochée ; son rayonnement a filtré jusqu’à l’image de nos écrans. A n’y voir plus que du bleu, dans la confusion des formes et du fond. Monstrueux amalgame des pixels, feu d’artifice de la médiamétrie, la confusion terrifiante de toutes les composantes du spectre, le rouge sang des massacres anciens, petits « détails » de l’Histoire, fondu au bleu des matins de naufrage de boat people, grand zapping de l’information, de l’encombrement des péages à la boustifaille des chefs de cuisine… Passé au bleu, le sens des mots : assistés ou démunis, troubles mentaux ou délinquance, intégration ou expulsion, préférence nationale ou fraternité, qu’importe le sens de toutes ces choses. Plus de visage, plus de sujet dans la phrase, seulement des compléments, des compléments d’objet. Et qu’importe la ponctuation nuancée de la couleur des choses. Le grand bleu, c’est l’univers des ondes courtes, de la courte vue.

J’ai dû faire un mauvais cauchemar. Je me suis réveillé avec une peur bleue. Le bleu « marine ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Les 100 derniers jours
commenter cet article

commentaires

Castor tillon 13/05/2012 04:15


Joliment écrit. Chuis vert.

JLLPoule 08/05/2012 10:15


j'arrive encore à nommer mes connaissances, amies, qui s'appellent Marine par leur prénom. C'est vrai, yen a marre de ces pollueurs de patronyme !!!

Lza 04/05/2012 09:25


Mais où est passé le petir homme qui était sur l'affiche? A-t-il choisi" l'humble vitre d'une fenêtre Pour lancer[son] dernier adieu?"...(E.Rostand)