Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 15:51

Ballade de deux Parisiennes – mère et fille- du côté d’un square pas comme les autres... C'est extra !


Au bout du passage Brûlon se tient le square Léo Ferré dans le douzième arrondissement, délicieusement calme à cinq heures de l'après-midi, à côté du jardin collectif de l'Aligresse, en retrait de l'agitation de la ville. Une rose rouge est accrochée au-dessus de la plaque nouvellement inaugurée. Le gardien est en train de fermer les accès, il est dix-sept heures, son trousseau de clés tinte dans sa poche, il s'éloigne vers la rue, nous laissant seules derrière les barrières, à contempler le square et ses bosquets d'arbres, ses trois petites plates-formes en bois montées sur des ressorts rouges, son allée que nous devinons derrière les arbres encore verts. Nous faisons le tour du square, croisons de rares passants, revenons sur nos pas et soudain ma fille me confie l'appareil, sa veste, son écharpe et me dit : "Prends des photos, j'y vais."

Les cours de cirque ont du bon et ce n'est pas une petite barrière qui pourrait freiner son élan, ça non. La voilà de l'autre côté. Elle court en liberté, grimpe sur les plates-formes comme autrefois au square des Cloÿs, d'un mouvement de bascule les déséquilibre sous ses pieds, descend, s'échappe, court dans l'allée, disparaît derrière les arbres, revient, virevolte, repart. Plus tard, elle escalade la barrière en refusant mon aide, noue son écharpe, reprend son appareil. Nous flânons encore un peu, jusqu'à ce que les ombres du soir descendent lentement sur les arbres, la petite allée, les plates-formes, le jardin de l'Aligresse, la plaque du poète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre 03/12/2009 07:39



Qui pouvait mieux parler des poètes que Léo?Merci Suzanne!



Lastrega 01/12/2009 20:13


http://www.youtube.com/watch?v=adfj8WJuSK4

LES POETES (par Léo Ferré)

Ce sont de drôles de types qui vivent de leur plume
Ou qui ne vivent pas c'est selon la saison
Ce sont de drôles de types qui traversent la brume
Avec des pas d'oiseaux sous l'aile des chansons

Leur âme est en carafe sous les ponts de la Seine
Les sous dans les bouquins qu'ils n'ont jamais vendus
Leur femme est quelque part au bout d'une rengaine
Qui nous parle d'amour et de fruit défendu

Ils mettent des couleurs sur le gris des pavés
Quand ils marchent dessus ils se croient sur la mer
Ils mettent des rubans autour de l'alphabet
Et sortent dans la rue leurs mots pour prendre l'air

Ils ont des chiens parfois compagnons de misère
Et qui lèchent leurs mains de plume et d'amitié
Avec dans le museau la fidèle lumière
Qui les conduit vers les pays d'absurdité

Ce sont des drôles de types qui regardent les fleurs
Et qui voient dans leurs plis des sourires de femme
Ce sont de drôles de types qui chantent le malheur
Sur les pianos du coeur et les violons de l'âme

Leurs bras tout déplumés se souviennent des ailes
Que la littérature accrochera plus tard
A leur spectre gelé au-dessus des poubelles
Où remourront leurs vers comme un effet de l'Art

Ils marchent dans l'azur la tête dans les villes
Et savent s'arrêter pour bénir les chevaux
Ils marchent dans l'horreur la tête dans des îles
Où n'abordent jamais les âmes des bourreaux

Ils ont des paradis que l'on dit d'artifice
Et l'on met en prison leurs quatrains de dix sous
Comme si l'on mettait aux fers un édifice
Sous prétexte que les bourgeois sont dans l'égout


Jean-Pierre 30/11/2009 22:23


Félicitations, Suzanne, pour ce bon choix parmi les oeuvres de Léo, sans pour autant oublier"les poètes" "Ils ont voté"et autres...


ANNA 28/11/2009 17:28


"La mémoire et la mer"et "C'est Extra", j'ai toujours trouvé cela très beau.
Merci au barman de Calipso et à Suzanne de rendre hommage à un prince de la musique. Le très regretté LEO FERRE.


Lastrega 27/11/2009 15:52


"La Mémoire et la Mer", magnifique chanson et merveilleuse poésie de la tristesse et de la solitude.
A Monaco dont il était natif, et sur la Place Léo Ferré (anciennement Place Clichy), inaugurée en novembre 2003, on peut voir la sculpture en bronze du
visage de Léo Ferré, l'anar, le poète-musicien-chanteur, le révolté-libertaire-contestataire d'une rare humanité diront les Monégasques. Cette place se trouve à deux pas de la
maison où il est né et que sa famille occupe toujours. Mathieu Ferré, un des fils de Léo, a repris la direction de la maison d'édition de son père après sa mort : La Mémoire et la Mer.
Et pour les "soixante-huitards" comme moi, voici, en souvenir de Léo, le plus beau slow du monde (à mes yeux tout au moins), sur lequel vous avez, comme moi, sans doute, dansé :
"C'est Extra"
http://www.youtube.com/watch?v=x0rMSHdi5Jw