Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 16:43

Au bal des 500 les poètes sont à la noce. Avec Arlette Homs, les mots se dressent, les rimes s’envolent et la langue vibre allègrement dans un monde où s'entrechoquent l’amertume et la désillusion…

 

 

Colombe de paix

 

O montagne si belle dans l’aube de lumière,

Je cours près d’un ruisseau du pays occitan,

Nul souffle dans l’air bleu ne repousse le temps,

Juste la croix de bois pour faire une prière.


Et tout en cheminant, mon âme s’abandonne,

Au sort qui a marqué mon suprême destin,

Devant cet infini, dans le petit matin,

J’entends comme un écho, la cloche qui résonne.


Je pense au Pèlerin qui emprunte la sente,

Vêtu d’un long manteau, le bourdon à la main,

Il ne sait pas toujours ce qu’est le genre humain,

Et son abnégation m’interpelle et me hante.


La Colombe de Paix est-elle encor présente,

Ou symbole oublié ? et viendra-t-elle un jour,

Nous frôler doucement de son aile d’amour,

Pour que l’Humanité devienne plus clémente ?

 

 Arlette Homs, passionnée d'Histoire locale, elle fouille les Archives, recueille des souvenirs puis, consigne par écrit le fruit de ses recherches sous forme de livres-documents dont elle est le maître d'œuvre de A à Z.
Elle est titulaire de nombreuses distinctions honorifiques et a obtenu de nombreux prix dans différents concours littéraires et poétiques. Elle est membre de la Société Culturelle du Pays Castrais où elle présente des conférences sur l'Histoire locale. Elle a le titre d'Académicienne à l'Académie du Languedoc de Toulouse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Bal des 500
commenter cet article

commentaires

jack 25/10/2009 20:41


Une poésie méditative qui émeut. Magnifique !!!


Marc 25/10/2009 16:39


Les poètes, témoins de leur temps, ne peuvent que constater les dérives dans l'histoire de l'Homme.On les lit, on les écoute et on continue...ainsi est l'humaine bêtise. Cela n'enlève rien à
la beauté du poème d'Arlette.Félicitations!


Edith 25/10/2009 10:02


Bravo! aussi à Suzanne qui nous a déniché un bouquet de poètes de grande qualité. Il semblerait que cette vie de fous laisse toujours place au talent. On ne peut qu'approuver ce"bon
choix"pour parodier Gicard...
Force est de constater que Calipso a pris le bon chemin pour nous les faire découvrir, merci à Patrick L'Ecolier d'avoir poser les jalons.


Patricia 24/10/2009 20:23


Sur fond de spiritualité où se mêle à la tristesse une sorte d'espoir, ce très beau poème mélancolique est marqué par le désenchantement du poète qui dresse un
constat douloureux sur le genre humain. Bravo ! Arlette : c'est magnifique.


Nicole 24/10/2009 14:09


J'ai beaucoup apprécié le commentaire d'Yvonne qui "se remet très joliment dans ses interrogations "devant ces pélerins en quête de leur vérité sur les chemins de Compostelle, comme il est du
personnage de Coelho dans l'Alchimiste. Cela peut être aussi"A la recherche du temps perdu..."
Félicitations Arlette pour votre poème qui nous permet de nous poser quelques questions.