Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 13:00

Visiteur-du-soir3.jpg

 

Je vous écris du musée de la Résistance à Grenoble où la mémoire des exilés chiliens reste vive quarante ans après le coup d’État…

 

Un homme est exhumé pour le reste de ses jours

Il sort avec un morceau de son corps

Pour vivre de l’autre côté du monde

Là, où il peut entendre la voix de ses morts.

Il commence par regarder cette terre inconnue

Qui s’effrite entre ses doigts

Où ses pas disparaissent lorsqu’il marche

Les années passent. L’homme continue à vivre avec ce qui reste

De son corps et de son âme.

Et de sa fenêtre il retourne

À sa propre fenêtre

Comme s’il cherchait une région où vivre.

 

Extrait du poème « Exhumé » d’Efrain Barquero, du corpus « Femmes sombres »

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Photo Explorer
commenter cet article

commentaires

Joël H 16/09/2013 12:17


  LA POESÍA ES UN ARMA CARGADA DE FUTURO


Gabriel Celaya

Blanc Chantal 16/09/2013 11:44


Fantôme nomade, égaré... Mais ses racines ne mentent pas, il y revient, après avoir essaimé (espérons) des vents de mémoire. Et les années passent.


Chantal 

Lza 16/09/2013 09:37


Trouvera-t-il "La région où vivre"?... Tous ces fugitifs, déracinés, mal accueillis, déculturés, puisque leur culture n'a pas cours dans le pays d'accueil qui n'en veut pas, et leur reproche
leurs différences, au lieu de s'en enrichir.