Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 08:00

Emma-CT.jpg

 

Je vous écris de nulle part.

D'un désert blanc, noir, et minéral, hérissé d'étoiles de pierre et laminé par les vents ; parsemé par les volcans éteints de cailloux de lave légère, et par les mers retirées d'empreintes de coquillages laissées en bas-reliefs sur les rochers de sable.

Personne.

Un fennec parfois, au matin, peut-être, si l'on est assez silencieux.

À perte de vue, les quatre horizons. Rien ni personne n'empêche le regard qui va se perdre, s'envoler, se dissoudre à l'infini, comme le son de la voix que l'on tente, juste de temps à autre, pour s'assurer que l'on sait toujours parler.

Car on n'y parle pas. Les mots sont vains sur ce chemin de sable et de craie. Les yeux seuls sont utiles ; et la peau, pour la caresse du vent.

J'ai jeté carnets et crayons.

Je vous écris d'un endroit où je ne peux pas écrire.

Je vous écris d'un endroit où je désapprends à écrire.

Pour mieux écouter, voir, et plus tard, me rappeler.

 

Emmanuelle Cart-Tanneur

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Photo Explorer
commenter cet article

commentaires

LaurenceM 28/08/2013 14:54


Solitude et immensité : le grand frisson pour se ressourcer , un bien beau texte, Emma.

Lza 08/08/2013 09:11


N'est-ce pas habité par des mirages?