Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 08:00

Morsure.jpg

 

C’est aussi simple que ça !

Danielle Akakpo

 

Survêtement, baskets, l’air à la fois morose et agacé, Silvio entre dans le bureau de Francisco Molaire et prend place en face de l’homme en costume cravate et aux petites lunettes cerclées d’écaille.

– Vraiment, je comprends pas pourquoi on m’envoie chez vous, je suis pas malade !

– Il ne s’agit pas de votre forme physique jeune homme, mais de votre mental.

– Il va bien, mon mental, je suis de bonne humeur, j’aime m’amuser, je déprime pas. Je vois pas ce que je fais chez un psy. C’est bien parce qu’on m’a pas laissé le choix. Mince alors, je suis pas fou, non plus !

– Certainement pas. Toutefois votre comportement...

– Mon comportement ? Est-ce que je marche sur les mains, est-ce que je me colle un seau sur la tête ? Est-ce que je me prends pour la Reine d’Angleterre ou le roi d’Espagne ? Faudrait pas charrier...

– Gardez votre calme et répondez à quelques questions très simples. Parlez-moi de votre enfance, par exemple. A-t-elle été heureuse, avez-vous souffert de la faim ?

– Stop ! Défense d’insulter mes parents, défense de les soupçonner de mauvais traitements ! En plus, la cuisine de ma mère, vous vous en seriez léché les babines !

– Hum... Votre entraîneur vous impose-t-il un régime ?

– Un régime de sportif, c’est sûr. Mais équilibré, j’ai jamais les crocs, si c’est ce que vous voulez dire. Et j’en ai ras le bol de parler bouffe et de vos remarques... décisives.

– Incisives ! Alors, venons-en au fait. Aviez-vous quelque raison d’en vouloir à ce joueur italien que...

– Putain, encore cette histoire. Je le connaissais même pas cet Italien, je l’ai vu pour la première fois pendant le match, on s’est jamais parlé. Non, j’avais pas une dent contre lui !

– Vous l’avez pourtant mordu !

– Je suis mordu de foot mais je suis pas un bouledogue, je mords pas. Écoutez, docteur, cette histoire, c’est juste un affreux malentendu gonflé à mort par ces connards d’arbitres et de journalistes. Comment vous faire comprendre ? Tenez, faut que je vous raconte ce qui est arrivé à un pote à moi : il traversait de nuit un parc mal éclairé, il a buté sur une racine et il s’est affalé à plat ventre dans un buisson sur une nana allongée par terre qui cuvait ses Margaritas. Ben vous savez quoi ? On l’a accusé de tentative de viol.

– Euh...

– Vous voyez pas le rapport ? Un affreux malentendu, je vous dis, tout comme pour moi. Je courais après le ballon en poussant mon cri de guerre, (à la Sharapova, c’est permis, non ?) la bouche grande ouverte donc, et voilà que cet imbécile de bouffeur de pizza, court sur pattes, me rentre dedans et me colle son épaule entre les deux mâchoires... C’est aussi simple que ça.

 

Brève, 25 juin 2014

Luis Suarez mord un adversaire en coupe du monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Brèves revisitées
commenter cet article

commentaires

Joël H 10/07/2014 14:38


Le problème, avec cette race de chien, c'est qu'on ne peut pas les dresser.

Lza 10/07/2014 13:35


Sont-ils au moins vaccinés contre la rage?

Yvonne 10/07/2014 09:06


Il est vrai qu'on accuse si vite, sans trop réfléchir. Voilà un brave garçon, qui a certes les dents un peu longues mais il n'y est pour rien, qui se voit vilipendé par la presse sportive
internationale pour un fait de jeu somme toute assez banal, sans se demander pourquoi le joueur adverse est venu se jeter sous ses crocs. Laissons le pauvre garçon se défendre, expliquer sa
version de l'événement, donner ses circonstances atténuantes. C'est un minimum si on veut que justice soit rendue sereinement.