Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 11:30

oeillet.jpg

Il aime la musique, la peinture, la philosophie et la littérature bien sûr. C'est un auteur encore jeune et déjà quelques succès dans les concours de nouvelles. Comme il en pince aussi pour la poésie, le slam, il est tout naturellement notre invité... 
 

Oeillet rouge à la boutonnière

par Lambdum Kagibi.

 

 

(Deux ou trois pincées de « Solitude », de Duke Ellington)

Hommage à P.S. (Philippe Solllers)

Ou à J. d’O. (Jean d’Ormesson)

    Ou à… V. Z. (Victor Zarka)

 

 

Vieux beau, moi ?!

qui ai tant vécu

tant vu de faux-culs

mis dans tous leurs émois!?

 

Après tout, pourquoi pas?

 

Moi qui vais à trépas

que tout plus sûrement,

pourquoi n’y irais-je pas

le plus élégamment

qu’il se doit ici-bas ?

 

Refrain :

Vieux concombre qui bavasse sans graine

Au gin-tonic ma vieille carcasse je draine

 

Mon coeur a trop battu

la campagne perdue,

le chemin des dames

où la mort brame.

 

J’ai le coeur un peu bas,

du côté de mon ventre.

J’ai le coeur un peu las

il faut que je le rentre

tel un karatéka

centré sur son hara.

 

Refrain :

Vieux concombre sans graine qui bavasse

A la veuve Clicqot je draine ma vieille carcasse …

 

A ma dernière invitée

pucelle du couvent retraitée

lui consacrant tout un rosaire

sur Victor faisant d’la surenchère

énamouré

j’ai psalmodié

« ma congénaire

tu es bonne,

ô ma nonne, nonne…

Nonagénaire »

 

Refrain :

Vieux concombre qui bavasse sans graine

Aux infusions d’pissenlits ma vielle carcasse je draine.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Poètes et rêveurs
commenter cet article

commentaires

Castor tillon 30/11/2011 02:39


Très marrant. J'adore le vieux qu'encombre.

dominique guérin 04/11/2011 23:06



y'a une info qui m'aurait échappé ???


Enfin bref, peu importe le qui est qui, j'ai aimé la rime, l'irrévérence, et spontanément souri au refrain



M 04/11/2011 11:54



Très belle photo.


Je vais être honnête, je préfère ce style aux clichés un peu trop brouillés, trafiqués, torturés et noirs de votre autre manière, cher Barman. Mais ma préférence ne signifie pas qu'elle ne soit
fort artistique et respectable...