Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 08:00

couv-fetes2-copie-1.jpg

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du recueil de nouvelles Calipso 2011"Fêtes et défaites". Alain Emery, Emmanuelle Della-Monica, Yvonne Le Meur Rollet, Jean-Marie Palach, Isabelle Desaubliaux, Elisabeth Pacchiano, Jean Gualbert, Sophie Boichat Lora, Dominique Guérin présents ce jour à "Nouvelles en fête" le recevront en mains propres, tout comme le livre qu'ils auront choisi dans le catalogue des éditions Quadrature. Danielle Akakpo, Sandra C. Ilas, Jérôme Gariel et Marie-Chantal Visetti devront hélas attendre le passage du facteur.

Concouristes, jurés, hôtes, artistes, comédiens et musiciens soyez ici remerciés pour vos sympathiques et généreuses contributions.

 

Note du barman

Les concours de nouvelles, comme le cinéma d'auteur dans sa version court-métrage, sont voués à l'art et essai. On ne sait jamais à l'avance ce qui va émerger d'une proposition, si les images qui y sont attachées auront du sens et la faculté d'éveiller les sens, si les auteurs seront à la fête ou bien tourneront la page, la mine défaite.

On dit de la nouvelle qu'elle est un genre à la fois codé et très libre. Et c'est heureux, car l'époque, toute à la communication et à la diffusion d'éléments de langage, s'illustre fâcheusement sur le mode perroquet. A calipso, nous pensons que l'écriture est une question de perception, de sensation, de capacité à inventer, à se mettre en jeu, à laisser place à l'imprévu, à s'immiscer dans les affaires du monde, à porter les idées naissantes comme à soutenir la mémoire, en somme une propension à laisser aller le désir et à faire danser la langue. La nouvelle est un lieu de liberté fugace, un moment d'excitation de la pensée, un apprentissage de la complémentarité du réel et de l'imaginaire. Dans le désordre et la violence généralisés, elle n'a pas d'identités à décliner, de places à conquérir ou de vérités à asséner, c'est une façon d'explorer des évènements du quotidiens susceptibles de basculer dans le déraisonnable, de prêter un fragment de vie à un inconnu croisé sur un chemin de traverse, d'exposer temporairement la part d'inhumanité qui sommeille en nous, c'est fêter et défier les généreuses arborescences de l'inquiétude, agréger les figures énigmatiques de nos ivresses, bref, c'est l'art de se faire du bien en s'affublant des habits du mal .

Avec ce recueil, Calipso fête dix ans de convictions et autant d'incertitudes. Gageons que nous saurons résister à la tentation de rester immobile et que le désir nous soutiendra encore avant que tombe le jour...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Concours de nouvelles 2011
commenter cet article

commentaires

dominique guérin 18/10/2011 01:17



Oui, un vrai de vrai bonheur que cette fête réussie... Et tu fus ma révélation Ysiad



ysiad 17/10/2011 13:11



De toutes les fêtes calipsiennes auxquelles j'ai participé, celle-ci arrive la première sur la liste! Un vrai bonheur, je me suis régalée à entendre des textes merveilleusement lus, des mots
merveilleusement slamés, des airs de jazz merveilleusement chantés. Je suis ravie de mes rencontres, un grand coup de chapeau au maestro !



fanbou 16/10/2011 10:53



Magnifique article Barman!


Un gros bisou à tous en ce jour de fête!



Jérôme Gariel 16/10/2011 00:22



Merci à toute l'Association, et à l'organisateur, sans faille et sans reproche.


Le facteur a bien sonné, deux fois, pour le recueil et pour l'exemplaire "Quadrature" : j'avais choisi "Court, noir, et sans sucre". Merci, cela me promet des beaux moments de lecture (j'ai déjà
commencé).


Bonne (fin de) fête à tous! J'espère vous rencontrer un jour...



Sandra Champagne-ILAS 15/10/2011 13:52



Bonjour à tous,


La poste a bien fait son job ! J'ai reçu le beau recueil de nouvelles ce matin, et je suis ravie. J'aurais pourtant bien aimé rencontrer les autres nouvellistes et partager des moments de lecture
privilégiés...


Merci aussi pour le recueil de nouvelles (éditions Quadrature). J'ai choisi RACE DE SALAUDS, de Liliane Schraûwen, ça rique d'être (d)étonnant !


Je vous salue tous.


Un bonjour particulier à Sylvie Dubin que j'ai rencontrée à Dunkerque, lors d'un concours de nouvelles (le thème était "escale en ville") dont j'ai un excellent souvenir !