Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 14:50

Pour-christian.jpg

 

Bientôt 2012 et ses joies : climat et élections vont se bousculer au portillon et "on" va faire des miracles avec tout cela. Comme dirait l’autre AAA ou Ah Ah Ah ?

Christian Congiu, Nouvelle Donne

 

  

"Ils sont marrants les êtres..., écrivait Jacques Prévert, il ya ceux qui tombent bien et il y a ceux qui tombent mal. A celui qui tombe bien, on dit : "Vous tombez bien..." A celui qui tombe mal, personne ne lui dit rien".

 

Les écrivains sont ainsi. Certains tombent bien et on le leur dit. Ils ont des critiques dans les journaux, ils font une télé et une quarantaine de radio. Parfois ils ont un prix et cela tombe bien.

Et puis, il y a ceux qui tombent mal, ou plutôt qui ne tombent ni sous le sens ni sous les yeux.

Là, on reste muet comme une tombe. On ne leur renvoie pas leur manuscrit, on ne leur dit rien. Ils sont malheureux parce qu'ils ne peuvent même pas dire qu'ils sont mal tombés. A qui le dire, d'ailleurs ?

Parfois, ils tombent bien à leur tour et ne comprennent pas davantage pourquoi, soudain, on leur dit : "Vous tombez bien !". Mais, comme cela tombe bien, ils ne disent rien et ils prennent le succès comme il vient.

Dans cet univers fantasmatique des lettres, où rien n'a de sens sinon celui du vent de l'Histoire qui tourne, l'illusion va bon train. Le mérite est grand alors, de ne tomber ni dans le cynisme, ni dans la paranoïa, ni dans la veulerie commerciale. Peu résistent à ce laminage du non-sens et de l'opportunisme. Mais alors, nous rencontrons de vrais personnages.

Extrait de l'édito de Christian Congiu pour Nouvelle Donne N°8 de janvier 1996

 

C'était mon premier numéro de la revue. J'y étais resté fidèle jusqu'au dernier en février 2004. Nouvelle Donne continuait cependant à exister à travers l'association et ses talentueux animateurs. De nombreux projets devraient voir le jour en 2012 même s'il nous faut hélas dire au revoir à Christian.

 

 

Un homme âgé de 57 ans, originaire des Alpes-Maritimes, est décédé ce matin, dans un accident de la route à Saint-Paul-en-Forêt. Christian Congiu a perdu le contrôle de sa puissante Yamaha, vers 11 heures, en négociant un virage sur la RD56. Dans son embardée, le pilote, qui est mort sur le coup, a heurté de plein fouet un arbre, au lieu-dit Château Grime.

Var Matin, 27 décembre 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans chroniques littéraires
commenter cet article

commentaires

Corine Sylvia CONGIU 25/01/2012 19:05


Merci pour cet article. Je suis la soeur de Christian. Je cherche à publier un article sur lui dansWikipedia, et je n'ai pas sa biographie ni sa bibliographie depuis 2004. Pourrions-nous nous
mettre en contact?


corine@congiu.fr


www.congiu.fr

Jordy 05/01/2012 21:40


Christian Congiu a rythmé ma jeunesse de "nouvelliste" en herbe avec Nouvelle donne. J'avais eu la chance d'y faire paraître un texte. Son concours était un rendez que je ne voulais pas
rater et être de son palmarès était une véritable fierté.


Il avait été le pilier de la fondation écriture d'un ami, Stéphane Laurent. Ils avaient échangé et Stéphane avait même fait une interview de lui qui était partiellement paru sur ce site, et sur
son blog, le 19 avril 2006 " Comme au coin du zinc, devant un petit noir...".


L'année 2011 leur a été fatale à tous les deux. Peut-être se retrouveront-ils sur d'autres pages d'un autre monde pour parler de la nouvelle ensemble.


 

Jean 04/01/2012 22:04


Le petit chat est mort


Elodie Farunel (alias Christian Congiu)


in "Des mensonges gros comme le risque" Editinter 1998


On dit qu'il est tombé par temps de pluie, du haut d'un toit. mais chacun sait qu'un chat ne tombe jamais. Alors ?


Les chiens disent que pas un d'entre eux ne le poursuivait, qu'il faisait un temps de chien et que leur tasse de thé n'est certes pas
de monter su les toits, non mais.


Les vieux , auprès desquels il venait  se chauffer ou se nourrir, poussent des hauts cris
si on évoque une éventuelle malveillance ou maladresse de leur part. Ils vous traitent de délinquant si vous leur posez ce genre de questions.


Restent les gouttières.


Ces conductrices de pluie s'imagine être des cataractes, c'est leur vanité. mais toutes n'ont pas le jugement aussi  rouillé. Il en est qui n'ont jamais menti. Et qui disent : ce n'est pas un accident, non. Cependant, elles ne peuvent rien ajouter, il existe une solidarité des
toits.

A. Fanet 04/01/2012 07:42


Tristesse aussi. J'avais eu l'occasion de connaître Christian, avec son caractère, lors d'un stage. Un fin connaisseur de la nouvelle. J'ai conscience de ce que je lui dois.

blanc 02/01/2012 20:00


Tristesse pour vous