Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 14:11

C’est au tour d’Ysiad d’entrer dans la danse. Et c’est pas triste.


 

Attention les oreilles !

 

 

Ce matin, Claude Brasseur m’a écrit. Non pour me proposer une invitation gratuite pour son prochain spectacle, mais pour me signaler qu’à partir de 50 ans, attention, mes capacités auditives vont sacrément flancher, et qu’une bonne audition, c’est essentiel pour bien communiquer avec ses proches. J’ai donc droit, avant de me visser d’office le cornet acoustique dans l’oreille, à un test auditif gratuit chez Audio 2000 jusqu’au 30 novembre 2009, accompagné d’un bulletin à remplir pour un grand-jeu concours sans obligation d’achat pour rafler une croisière en Méditerranée. Trop sympa. J’ai donc pris ma plume pour lui répondre.

 

Cher Claude Brasseur,

 

Tout d’abord, je tiens à vous remercier de vous préoccuper de ma santé auditive. Sans vous, je crois bien que personne n’y aurait pensé. C’est très important, l’audition, dans notre monde de communicants, et vous avez bien raison de vous être recyclé dans la prothèse chez Audio 2000, comme Johnny dans la lunette chez Optique 2000. C’est vrai ça, déjà que c’est pas drôle d’entendre bezef, si en plus on n’y voit pas clair, je vous raconte pas la vie qu’on a en ville, avec tous ces dingues qui passent au rouge et tous ces sifflets d’agent pour vous inciter à marcher dans les clous. Si j’étais vous, j’étudierais aussi le créneau des pompes funèbres, c’est bien aussi, pour que les gens ils puissent aller direct chez Cercueil 2000 histoire de choisir le leur avant de casser leur pipe, vous devriez y penser après la prothèse auditive. Je vous dis ça, c’est à vous de voir, bien sûr, mais ça pourrait être un débouché intéressant pour la suite. Vous pourriez même faire un partenariat avec Johnny, pourquoi pas, à deux sur le dépliant, bien bronzés et souriants sur fond de dalles funéraires, je suis sûre que personne n’hésiterait plus à aller choisir sa stèle.

 

Bon alors je voudrais bien foncer de suite chez Audio 2000 comme vous me le conseillez si gentiment en souriant tel un bon gros toutou sur la première page, mais j’ai pas encore les portugaises bouchées malgré mes bientôt cinquante piges. J’entends vachement bien tous les bruits de la ville. Paf ! Mon ouïe démarre au quart de tour au premier déclenchement de sirène d’une bagnole, ouiiiin, ouiiiin, réveillée net, idem avec le pin-pon des pompiers, les pouêt-pouêt et les couin-couin des klaxons place de la Concorde à 18 heures, les A bas les licenciements ! de plus en plus fréquents des manifestants, les Racatacatac ! des marteaux-piqueurs sur la chaussée, les iiiiiiiiiiiiiiiiii du métro au moment de freiner, je capte tout, même le miaaaôôww cruel et féroce du chat-tigre affamé devant sa gamelle vide à la tombée de la nuit. Tout, j’entends tout, le sifflement de la cocotte, la radio qui crachote, la vioque du 5ème qui yoyote, les jeunes du dessus qui fricotent. Cela dit, rien que pour vous faire encore plus sourire, j’irai déposer mon bulletin chez Audio 2000 pour gagner la croisière de quatre jours pour deux en Méditerranée parce que votre offre, elle est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

Auditivement vôtre,

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

ysiad 11/10/2009 09:00



Cette histoire est belle et donne envie de se lancer mais si je me mets en tête d'écrire une petite saga sur notre famille, je risque de céder à mes pulsions sarcastiques et cela pourrait causer
quelques crises cardiaques, certains proches étant assez fragiles du coeur.



Apollon le Romain 10/10/2009 21:40


Cete réponse me plaît beaucoup, Ysiad.Elle a le mérite de la sincérité.
C'est le désir secret de toutes personnes armées d'une plume, même si
certaines laissent entendre que ce n'est pas une priorité en affichant
un détachement qui ne trompe personne.
On peut se consoler, en prenant conscience que nous ne sommes pas seuls
à vouloir sortir du lot.
Une opportunité peut tout changer. Je connais une amie, qui de salon en salon,
de centre culturel en centre culturel, et autres lieux où une table est dressée
pour présenter les ouvrages, a eu l'idée de présenter une petite saga sur
sa famille dans la région de son enfance. Son livre terminé a été envoyé
au Conseil Général, et là, miracle!le livre a séduit.
Depuis, elle continue sur sa lancée avec des commandes dépassant ses espérances.
C'est un coup de chance, certes, mais ce qui a été pour elle, peut arriver à une autre personne.
Pourquoi pas toi !


ysiad 10/10/2009 13:44


Paraître aux Editions de Minuit est un rêve inaccessible, qui me fait marcher dans la rue avec en tête la vision d'une couverture blanche bordée de bleu, avec à l'intérieur de la bordure, mon nom,
discret mais en caractères gras, puis le titre en majuscules bleues, assorti à la couverture, puis un peu plus bas, l'étoile bleue des éditions de Minuit, et encore plus bas, les éditions de
Minuit, en caractères assortis à mon nom, et cette merveilleuse et mensongère vision s'accompagne de toute une cour de lecteurs potentiels, qui caressent du regard la couverture et la personne qui
se trouve assise juste derrière. La vision s'éteint très lentement, lorsque je traverse un couloir éclairé au néon, mais elle se rallume le soir, lorsque je m'échappe de ma prison, et que
je me dis que tant que je n'enverrai pas mes écrits aux Editions de Minuit, tout restera possible. C'est très prétentieux, je le sais, mais je sais aussi que je ne suis pas la seule dans
ce cas, et que beaucoup d'étoiles continuent de briller dans le ciel des rêveurs impénitents, jusqu'à ce qu'ils se décident à franchir des portiques, au-delà desquels se cachent de jolies
lettres de refus.


Apollon le Romain 09/10/2009 20:41


Ne désirant pas par correction déranger les convives pour le "potage à la russe",je me permets ysiad,de m'engager discrètement parmi les commentaires faisant suite à ton texte.
C'est vrai, paraître aux éditions de Minuit, semble un rêve inacessible, mais, quand on en a franchi le "Portique", tout semble possible...
Si ce désir se concrétise, je t'inviterai au Caveau ...de la République.* Là, il n'y a pas de temps mort...

*Cabaret parisien, pour les jeunots qui ne connaissent pas.


ysiad 09/10/2009 12:15


Groupons-nous. Demandons aux marchands de la mort s'ils ont des options caveau pour collectivités.