Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 22:20

Vacances ou pas, à la radio on continue à nous informer sur la marche du monde et à nous éclairer sur sa dégradation. La nouvelle du jour vaut son pesant d’hosties et comme vous n’y avez sans doute pas prêté attention Ysiad, qui officie ici-bas même le dimanche nous en propose un bref résumé enrichi de pieux commentaires.


Sondage IFLOP

  

Dimanche 16 août, beau temps sur la ville. En prenant, encore somnolente, mon petit-déjeuner ce matin en compagnie de France Inter, voilà t-y pas qu’un type de l’institut de sondage IFLOP me tire de mon brouillard en m’annonçant qu’en France, le " stock de catholiques subit une baisse tendancielle ". Argh. Gloup. Réveillée net. Par un stock de catholiques, qui subit une baisse tendancielle.

Ça se corse.

Analysons. Baisse tendancielle. Pour la baisse, c’est normal. Même si on nous dit que ça va mieux, que ça repart un peu dans notre beau pays, on doit rester sur nos gardes. On est en temps de crise, ne l’oublions pas. On ne s’attendait pas à ce que le stock de catholiques parte en flèche un 16 août 2009. Boum ! Gisement de catholiques ! Il en vient de partout ! Faut écouler ! Donne moi un litre d’huile, j’ te file deux catholiques… Et puis quoi encore ? La baisse, c’est pour TOUS les stocks. Et puis c’est tendanciel. Attention. C’est l’IFLOP qui le dit. Ecoutez donc ! Même le stock de catholiques y passe ! Ouais. Tous les stocks baissent, alors pourquoi le stock de catholiques, y résisterait mieux que les autres ? Hein ? A la trappe aussi, le stock des catholiques ! Zou ! Pour tout le monde pareil.

Stock de catholiques, stock de catholiques... C’est vrai, ça. On a bien un stock de patates, dans la réserve. Un stock de nouilles aussi. De chocolat au lait. Gourmands, va. Et un stock de pots de confiture en pagaille sur l’étagère du dessus. L’hiver, c’est long, faut faire des provisions. Pourquoi qu’on aurait pas un stock de catholiques en réserve aussi ? T’en es où, toi, Patrick, avec ton stock de catholiques ? – Ben… Faut qu’je compte. Ça baisse. – T’in ! Moi pareil. Que des vieux au fond de l’église. Des croulants. Passeront pas l’hiver, j’te dis ! Ah la la. Paraît que c’est tendanciel…

Dites voir, vous en êtes où, vous, avec votre stock de catholiques ? Savez pas ? Z’êtes pas allé voir ? Ben quoi ? Vous attendez qu’y en ait plus du tout, des catholiques ? Et vous faites pareil, avec votre réservoir d’essence ? Faut vérifier des fois. Si vous vérifiez pas, si vous avez pas regonflé vot’ stock de catholiques pour l’année prochaine, la procession du 15 août en 2010, vous pouvez tout de suite l’oublier ! N’allez pas vous plaindre après. Le sondeur de l’IFLOP vous avait pourtant mis en garde.

Faudrait écrire à l’IFLOP. Lancer une pétition pour refaire le stock de catholiques, malgré la baisse tendancielle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

ysiad 19/08/2009 13:21

Qt à la décote du pape, n'en parlons pas !

Françoise 18/08/2009 22:12

Alors comme ça, les stocks de cathos subissent un flêchissement significatif en données corrigées des variations saisonnières et c'est tout ce que ça vous fait ? Mais, malheureux, c'est la catastrophe économique annoncée ! Quid du cours de l'hostie ? Comment enrailler la déroute boursière des fabriquants de missels ? Où s'approvisionner en eau bénite si les eaubénitiers français doivent délocaliser en Chine ? Comment assurer le reclassement des officiers du culte nonagénaires ? Que fit la police ?
Ah, Ysiad, c'est toujours une bénédiction de te lire !

ysiad 18/08/2009 18:28

Bonsoir Gilbert et merci pour votre commentaire. Vous soulevez la question du style. Connaissez-vous un auteur, quel qu'il soit, qui serait content du sien ? Pour ma part, je n'en connais pas. Pensons à Baudelaire qui jusqu'à sa mort a cru avoir écrit de la merde, à Céline qui noircissait des dizaines de feuilles pour trouver son fameux "rendu émotif", avant de se déclarer satisfait de dix lignes. Je n'ai pas de style, c'est bien là le pb, j'écris sous le coup de l'émotion. La colère en est une qui permet de casser le carcan. C'est tout. Et puis le style ne reste pas figé, il évolue, tout dépend de l'objectif que l'auteur se fixe dans la durée, c'est ce que je crois. J'ai mille théories sur l'écriture, qui évoluent avec le temps elles aussi.

marques gilbert 18/08/2009 17:57

Ah ma chère Ysiad...A mon tour de te féliciter pour ton texte décapant. Parfois, je suis un peu jaloux de ta prose et j'aimerai savoir écrire comme tu le fais mais à chacun son style. Le mien est généralement plus académique et lorsque je m'aventure à en publier un qui sort des normes auxquelles mes lecteurs semblent habitués, ils me remontent les bretelles...IFOP ou pas, je n'ai pas une grande estime pour les statisticiens qui comme chacun sait, ne sont pas à une ânerie près d'autant que dans ce cadre particulier, on peut faire dire n'importe quoi aux statistiques, tout dépendant de l'interprétation qui en est faite.Quant à la crise des fidèles catholiques ou des vocations et au risque de choquer certains que je respecte néanmoins, ce n'est d'une part pas nouveau et d'autre part, ça ne m'empêchera pas de dormir. Quand on entend les déclarations papales, pas de quoi tellement s'étonner que l'homme soit pris pour une marchandise.Salut et à bientôt !G. MARQUES

ysiad 18/08/2009 09:28

Je reproche rien à F Inter Tonin, je reproche au gars de l'IFOP invité ce jour-là de parler des hommes comme s'il s'agissait de boîtes de cassoulet. Stock de catholiques : ça te choque pas un peu ? Moi si.