Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 18:09

Peut-être ne l’avez-vous pas remarqué mais tous les linos ont été refaits au château. Le maître des lieux y est même allé de sa poche pour offrir à ses sujets un pot de cire qualité bio et quelques belles lingettes brodées à la main pour qu’ils puissent gracieusement les lustrer entre deux révérences.

Eh bien figurez-vous que nous autres au café nous avons pris exemple. La salle est à présent toute pimpante et en entrant les visiteurs n’en finissent plus de s’esbaudir. Seulement voilà, cette audacieuse rénovation implique un changement radical du mode de circulation à l’intérieur de l’établissement et comme nous l’a suggéré un fidèle lecteur, il conviendra désormais de se patiner les semelles…

 

 

Les patins

Clin d’œil à Alphonse Allais

par Jean Calbrix

 

 

 

- Nous ne sommes pas des boeufs !

Cette exclamation fuse par la fenêtre ouverte d'un café tout ce qu'il y a d'ordinaire mis à part le sol revêtu d'un beau parquet ciré, nickel. C'est un petit homme maigre qui l'a poussée. Il côtoie au bar un grand gros, et fait écho aux pleurnicheries de ce dernier.

- Quelle vie ! poursuit le gros, son verre de pastis à la main. Déjà mes parents étaient toujours sur mon dos. "T'as rangé ta chambre ?", "T'as ramené le pain ?", "T'as fait pisser le chien ?" Le calvaire !

- Ah ! les parents ! fait le petit en lorgnant le fond de son verre.

- Au régiment, continue de soliloquer le gros, ma tronche ne leur revenait pas. C'étaient des revues de casernement, des gardes, des marches forcées. Qu'est-ce que j'ai pu me taper comme corvées de peluches, sans compter les W-C à récurer ! La galère !

- Ah ! l'armée !

- En revenant du régiment, je croyais être un peu tranquille. Je trouve du travail sur un chantier, un petit boulot pépère. Je n'avais qu'à surveiller une équipe de Nord-Africains qui creusaient des tranchées. Fallait que je veille à ce qu'ils aillent droit. C'était dans mes cordes, j'ai toujours eu le compas dans l'oeil. Bang ! voilà un camion plein de sacs de ciment qui arrive. Le contremaître me dit qu'il faut que je m'y mette, des sacs de cinquante kilos avec mes reins fragiles ! Toute la matinée à crapahuter avec les sacs sur le dos. Ouille, ouille, ouille !

- Ben vrai ! On n'est pas des boeufs tout de même !

- Les maçons ont protesté. Ils ont obtenu des sacs de vingt-cinq kilos. Je me suis dit chouette, mais quand le nouveau camion est arrivé, le contremaître m'a dit qu'il fallait en porter deux à la fois. Les vingt-cinq kilos, c'était pas pour nous, c'était pour les maçons, pour leur facilité la manutention, les feignants !

- Des feignants, oui !

- Je me sentais bien seul, alors j'ai cherché une femme pour me soulager ma misère. Manque de bol, j'ai épousé une harpie, oui. En rentrant il faut que je me déchausse et que je mette les patins. Madame n'aime pas la poussière et la boue, mais moi sur le chantier, il faut bien que je patauge dans la boue. Quand je rentre complètement vanné, je n'ai plus la force de me baisser et v'la qu'il faut que j'enlève mes godillots. Ah ! la teigne !

- T'as raison, on n'est pas de boeufs.

- Elle me dit qu'il y a une ampoule à changer dans la salle. Avec les patins, c'est d'un pratique. Après, elle me dit qu'il faut que je pousse le buffet pour qu'elle balaye derrière. Je m'arc-boute et vlan ! je me casse la figure. Forcément, avec des patins ! Et après, il faut que je descende à la cave...

- Avec les patins ?

- Bah oui. Elle a mis du scratch sous mes chaussettes, ça tient rudement bien. Où est-ce que j'en étais là ? Tu me coupes tout le temps !

- La cave.

- Ah oui, elle me demande de lui remonter un seau de charbon. Elle exagère quand même, elle a toute la journée pour faire ça.

- Pour sûr, on n'est pas de boeufs !

- Le pire, c'est le soir. Dans le lit, elle veut toujours mais moi...

- Elle veut quoi ?

- Dis donc, t'as jamais forniqué ?

- Moi ? Heu non, pas fort, un tout petit peu seulement.

- Ah ! ah !. ah !... Bouh ! mais bon sang, il faut que dorme. Avec les journées que je me paye sur les chantiers, je suis crevé. Un lit c'est fait pour dormir, non ? Déjà quand on s'est mariés, vingt fois elle me réveillait.

- Vingt fois !

- Alors comme ça, paf ! on a eu six gosses.

- Ah oui da ! on n'est pas de boeufs !

- Mais arrête de lui dire ça, intervient le patron tout en essuyant un verre. Si c'était un boeuf, il n'aurait pas eu six gosses, forcément ! Bon, je vous remets ça ?

Le gros lève la main en signe de refus, s'arrache du bar et se dirige vers la sortie en traînant des pieds, pendant que le patron lui lance :

- S'il te plaît, n'oublie pas de laisser les patins à la porte.

Et le petit de lui souffler :

- Ne vous faites pas de bile, patron. J'ai bien repéré, il n'a pas de scratch sous ses godillots.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso nouvelles
commenter cet article

commentaires

jean 26/06/2009 12:32

Merci, Patrick, notre barman en chef du café, d'avoir servi ma petite fantaisie avec une superbe photo tout à fait dans la note.Merci, Magali, d'avoir indiqué que ça glissait tout seul... comme un pastis dans le gosier d'un boit-sans-soif.Merci, Ysiad, d'avoir apprécié cette "cette brève de comptoir"... que j'ai dû écourter car c'était l'entame d'un roman.Merci, Danielle, d'avoir suggéré que certaines salles de troquet pouvaient se transformer en piste de patinage artistique... surtout quand il y a du vent dans les voiles.Merci Yvonne, d'avoir apprécié les dialogues... mais il y en a aussi dans les troquets belges. Il suffit de remplacer le pastis par la bière.Merci, Lastraga, d'avoir deviné que, le petit consommateur, c'était bibi.Et un coup de chapeau à Alphonse Allais. 

Lastrega 24/06/2009 07:37

Oui, JeanJean, on voit bien que tu es un habitué des troquets. BRAVO ! pour ce moment d'humour en tout cas...

Yvonne Oter 23/06/2009 20:52

On s'y croirait! Dis, Jean, c'est du vécu, ça? Parce que des dialogues pareils, dits par des personnages aussi haut en couleurs, ce n'est pas à tous les coins de bars qu'on les entend! J'en redemande, des témoignages comme ça...

danielle 23/06/2009 19:50

Nelson Monfort n'aurait pas mieux commenté ces séances de patinage!Au fait, ça existe encore, les patins?

ysiad 23/06/2009 18:51

Une excellente brève de comptoir, et la photo est pile dans le ton !