Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 19:34


Le 26 janvier dernier, Françoise Guérin publiait sur Mot Compte Double une " Lettre à un lecteur qui commence les livres par la fin " dont nous vous conseillons vivement la lecture avant d’entamer celle du présent billet.

 

 

Pour poursuivre un débat très fructueux entamé sur Mot Compte Double à propos de la question " Doit-on mettre en prison les lecteurs qui commencent les romans en lisant la fin ? Jean Calbrix veut apporter sa pierre ici sur Calipso.

Puisque c’est un phénomène d’époque de commencer à lire les romans par la fin, monsieur Yaka dit : " commençons à écrire par la fin ". Un peu simpliste ? D’accord, comme la fin veut les moyens, mettons la fin au milieu, quitte à mettre le milieu au début, ce qui, à la fin, ne laisse qu’une place pour le début.

Pas satisfaisant ? Bon, une autre solution : ne pas écrire de fin et annoncer qu’il y aura une suite. Dans la suite - moitié moins longue que le premier tome car vous êtes fatigué, vous réservez vos forces pour l’avenir et vous ne voulez pas lasser le lecteur - ne pas faire de fin et annoncer qu’il y aura une suite (deux fois moins longue évidemment). L’indentation (*) est ainsi enclenchée. Le lecteur va courir après la fin par laquelle - oh désespoir ! - il n’aura jamais pu commencer. Feinté le pressé, le je-veux-savoir-tout-tout-de-suite, le celui-qui-met-toujours-la-charrue-avant-les-boeufs, le léger, le frivole, l’inconscient. Il n’aura la fin qu’à la fin de sa vie. Je vous vois venir, l’indentation se poursuivant théoriquement à l’infini, le lecteur ne verra jamais la fin. C’est compter sans la limitation physique du phénomène d’indentation ; le saucissonnage des phrases et des mots s’arrête forcément à un temps t. La fin sera donc une lettre. Ecrivain, choisis cette lettre la plus belle possible, il en va de la qualité de ton ouvrage, de ta notoriété et de la belle ambition que tu as de ne pas laisser le lecteur sur sa fin.

Si malgré tout, tu as raté ta fin dis-toi bien que tu viens d’inventer, non le feuilleton, c’est déjà connu, mais le feuilleton à terme car même si tu coupes les lettres en quatre, tu finiras toujours par tomber sur le dernier atome d’encre (à condition bien sûr d’avoir encré ton bouquin dans le bon port). A bon entendeur, salut.

 

(*) L’indentation est un processus mathématique repris par les informaticiens dans le but de programmer scientifiquement toutes sortes de choses. Exemple pédagogique : vous pratiquez le casting pour découvrir la femme canon et les candidates recrutée par petites annonces se présentent à vous. Première étape, vous les numérotez. Deuxième étape, vous les mettez en file indienne par ordre de numéro. Troisième étape, vous les faites passer à tour de rôle sur la balance. Si la balance marque plus de quarante-cinq kilos, vous balancez la candidate (mais pas la balance, elle servira encore à n+1). Si la balance marque moins de quarante-cinq kilos, vous retenez la candidate. Après ce premier tri, vous renumérotez les candidates retenues et vous les soumettez au mesurage du tour de poitrine. Si le centimètre indique moins de 90 et plus de 120, vous éjectez la candidate. Si le centimètre indique entre 90 et 120, vous retenez la candidate. Vous procédez ainsi suivant tous les critères de la femme canon. Si au bout de ces processus d’indentation, votre compteur tombe à zéro, vous n’avez plus qu’à repasser votre petite annonce pour obtenir un nouvel échantillon. Ne vous découragez pas, le succès est au bout, la gloire et les feux de la rampe avec. Les mathématiciens ont prouvé qu’après un boudin n, il y a forcément un canon n+100.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Philippe 08/02/2009 09:59

Pas d'oeufs pourris, c'est juré, sauf si Geneviède de F...fait partie du défilé.

Lastrega 06/02/2009 16:13

Oyez ! Oyez ! ce petit maquereaustiche, petit poème dont chaque vers commence en queue de poisson :Le défilé des missLolitartes en monocliniOu mannequintal en listringGénuflexions et soumissionSont toutes rouges de confusion.Histoire à dormir toutes nuesPour putecelles, fausses ingénues.Pas des oeufs pourris, pas des oeufs pourris... il ne faut me jeter... Par pitié ! C'était mon petit quart d'heure de folie...

LAMY Jacques 06/02/2009 13:53

La pêche à la morue est un métier d'enfer,Disait en aparté l'infâme proxénète.Dès lors, il appliqua la peine au rouge fer,Mais la fille, échaudée, en redevint... honnête....                                                                        .Ces vers ne riment à rien, mais l'essentiel est que ça rime !.                                                                                                                

ysiad 06/02/2009 12:32

Dis moi Jean, l'indentation, ça marche aussi pour trouver l'homme idéal ou alors il faut que je commence mon portrait robot par les pieds ?Tu me diras.Je me suis bien poilée en te lisant. Quel est l'auteur (amateur ou non) qui en achevant un texte n'a pas eu envie de mettre la fin au début et le début à la fin ?

Jean 06/02/2009 12:23

Merci, Lastrega, de ton commentaire venant avec le vent du grand large, un vent arriàre évidemment.Et le jabot gonflé d'orgueil,Voulant tout savoir avant toutA force d'être au bout du bout,Il a vécu dans un cercueil.A toi, JacquesPoètes à vos luths