Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 14:35

Pour ce numéro 13 de "A propos de...", Gilbert Marquès revient sur une question fort débattue ces derniers mois au café et que je résumerai par cette interrogation : quelle lecture de la poésie aujourd’hui ?

 

 


Ce propos reprend les grandes lignes d'une interview réalisée à la suite de la sortie de mon dernier recueil de poèmes paru en 2006, Des - Rives. Je l'ai choisie en réponse à la tournée traditionnelle de vœux effectuée par la présidence et plus particulièrement ceux adressés aux acteurs de la culture. Emis le 9 janvier dernier, ils comportent comme à l'ordinaire, des effets d'annonce dont on se demande ce qu'ils peuvent bien signifier. Ils tournent autour de trois grands axes.

- La sauvegarde du patrimoine avec une enveloppe conséquente qui serait issue du plan de relance. Le projet est louable mais les sommes promises seront-elles véritablement débloquées compte tenu de la crise ? D'autant que pour céder aux sirènes de l'immortalité à l'instar d'un MITTERAND par exemple, l'actuel président compte marquer son mandat par un monument. Le budget alloué sera-t-il englouti dans ce projet ? Feuilleton à suivre…

- L'entrée gratuite pour les jeunes dans les musées nationaux afin qu'il y ait une ouverture vers la culture. Je ne prendrai pas le risque d'écrire qu'il s'agit d'un coup d'épée dans l'eau car je ne sais pas comment les différentes grandes municipalités procèdent. Par contre, pour ma région de résidence, je ne pense pas que cette décision aura un impact très important puisque de telles mesures sont déjà en vigueur depuis fort longtemps, accompagnées d'animation en direction de tous les âges ou de stages de formation à différentes techniques de peintures, de mosaïque ou autres en fonction de la spécialisation du musée. De plus, je rejoins les doutes de certains observateurs pensant que cette mesure n'amènera pas un nouveau public mais profitera plutôt aux habitués. L'expérience vaut néanmoins d'être tentée pour les lieux plus figés s'il en existe.

- Plus inquiétante me paraît la troisième annonce consistant en la mise en place d'un comité d'excellence de la culture dont, bien évidemment, Monsieur le Président veut être le grand patron. Pour l'instant, nul ne sait rien des tenants et aboutissants de ce comité si ce n'est la nomination de quelques personnalités qui y siègeront. Quel sera le contenu de la charte ? Quel sera le rôle de ce comité ? Mystère et loin de moi l'idée de condamner avant de connaître le contenu de ce projet. J'appelle néanmoins à la vigilance afin nous conservions notre indépendance d'artiste et que ce comité ne devienne pas une nouvelle arme coercitive envers la liberté d'expression pour instituer une culture étatique. Il y a déjà tellement d'autres secteurs qui subissent déjà les diktats gouvernementaux qui veut tout régenter en tout que je suis circonspect pour ne pas dire… méfiant.

 

Au travers de ce qui suit, je veux simplement expliquer ma conception de la culture, un espace de liberté où tout doit rester possible.

 

Comment définir la poésie ?

 

"Poète, je le suis devenu par convention, non parce que j'ai décidé de l'être mais parce que le public et mes pairs m'ont qualifié ainsi"

J'ai emprunté cette entrée en matière à l'AVANT-LYRE d'un de mes précédents recueils, 20 ans… déjà ?, édité par la revue "Poétic 7" il y a maintenant plus de vingt ans. J'y écrivais également ceci en guise de définition de la poésie :

" … je pourrai tenter de définir la poésie mais bien d'autres s'y sont essayés avant moi sans y parvenir de façon satisfaisante. Je devrais alors expliciter ma propre poésie et mon rôle de poète… Je ne m'y aventurerai pas. Dans le premier cas, ce serait vouloir définir le sexe des anges. Dans le second, cela relèverait simplement de la pathologie…"

Cette réflexion reste d'actualité et je n'ai pas changé d'idée. Malgré les écoles, les chapelles, les courants, les partisans de telle ou telle forme technique de prosodie, la poésie, pour moi, échappe à toute définition sinon à toutes règles ou, au choix, elle en a autant qu'il existe de poètes.

 

A mon humble avis, pour retomber dans les pathos, la poésie, l'écriture et plus largement toute œuvre d'art sont en vérité le fruit d'un travail artisanal nécessitant patience et persévérance. Le talent ne suffit pas, il se cultive en recherchant la qualité pour le public auquel nous devons tous d'être ce que nous sommes sans pour autant nous prostituer.

Je ne considère donc pas l'œuvre théoriquement achevée comme une fin en soi mais comme une porte ouverte sur l'échange, la communication avec cependant un écueil à éviter : se prendre au sérieux.

 

La poésie m'apparaît par conséquent comme un moyen de participer à l'évolution d'une société, d'une civilisation dont elle doit être témoin et reflet mais pas uniquement dans la nostalgie ou l'intemporalité. Elle doit encore et toujours continuer à évoluer dans ses pensées, dans ses techniques et ne pas rester figée sur son passé, aussi glorieux soit-il, qui doit cependant continuer à servir de socle.

 

Dès lors, la définition de la poésie n'est pas immuable et doit s'affranchir des raccourcis contenus dans les dictionnaires. Elle doit continuer à changer selon les lieux, les époques et les poètes eux-mêmes.

 

Contrairement à ce que voudraient faire croire certains esprits chagrins et malgré les difficultés de diffusion qu'elle rencontre, la poésie n'est ni le symbole d'un passé révolu ni morte. Qu'elle soit qualifiée de ringarde est une hérésie à laquelle participe l'éducation d'aujourd'hui en ignorant superbement les poètes contemporains ! Il est dommage qu'au travers de cette ignorance du public parfaitement orchestrée par les différents pouvoirs notamment médiatiques, les poètes en soient réduits à survivre plutôt qu'à vivre. Il ne faut pas pour autant les enterrer vivants. Ils existent toujours contre vents et marées, au travers de nombreuses revues et de leurs ouvrages, de leurs récitals parfois.

 

D'aucun leur reprochent pourtant de vivre en cercle fermé en se regardant le nombril. Comment pourrait-il en être autrement quand une société axée sur le consumérisme se coupe de ses bases intellectuelles et populaires pour favoriser l'humanitaire au détriment de l'humanisme ? Comment pourrait-il en être autrement lorsque la culture et au travers d'elle l'éducation ou la recherche en sont réduites à un nivellement pas le bas ramenant l'humain à une sorte de clone programmée universellement vers la conformité, la pensée unique et une mondialisation essentiellement économique ? Pour un certain nombre d'industriels de la culture prédigérée, l'art même devrait être limité à l'état de marchandise sauf peut-être justement la poésie puisqu'elle est décrétée non rentable. Elle acquiert ainsi le statut de résistance à une forme d'oppression et devient, par la force de l'inertie, le symbole d'une liberté de créer qu'il faut non seulement sauvegarder mais tenter d'étendre pour que l'homme puisse garder intact son libre arbitre et son indépendance idéologique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans A propos de...
commenter cet article

commentaires

LAMY Jacques 11/02/2009 09:38

Les fiches de lecture sont généralement anonymes, Lastrega....Et puis, ce n'est seulement qu'un point de vue parmi beaucoup d'autres...

Lastrega 11/02/2009 08:07

Ah ! Bon ? "Une histoire courante à laquelle il manquait une chute ?"... Qu'est-ce qu'il en sait celui-là du malheur. Encore un gâté par la vie et qui n'a pas dû sortir beaucoup de chez lui. Il aurait dû voyager dans les pays du Tiers-Monde au-lieu de rester dans sa bulle... Pauvre hère ! J'espère que vous lui avez dit votre façon de penser, Jacques. Moi, en tout cas, je ne l'aurais pas loupé.

marques gilbert 10/02/2009 15:15

Décidément, ça cause dans les chaumières...
Mais non, Monsieur LAMY, tranquillisez-vous, je sais pertinement que si vous devez vous déplacer pour aller chercher des prix, l'ensemble vous coûte généralement plus cher que ça ne vous rapporte sauf... si vous vous arrangez pour profiter du voyage et du séjour pour faire autre chose. Personnellement et depuis fort longtemps, j'ai écarté  les concours n'offrant que coupes et diplômes. Je participe seulement à quelques-uns par an et encore pas régulièrement et uniquement s'ils débouchent sur une édition non pas de texte dans un recueil collectif, mais de l'ouvrage entier (c'est surtout valable pour la poésie) ou bien si la somme offerte est suffisamment conséquente. Après, que j'obtienne ou non le prix n'a pas une très grande importance... C'est un peu comme pour vous, pour tester l'écrit ou simplement pour le plaisir. Je rejoins également en cela LASTREGA même si je suis probablement plus... vénal.
Pour continuer sur le commentaire de LASTREGA, j'ai effectivement été primé deux fois chez SCRIBO. La première fois pour un roman qui a ensuite paru et la seconde, pour un conte. Par la suite, les éditions du Masque d'Or qui appartient effectivement à la même maison, est devenu un de mes éditeurs et a sorti deux autres de mes ouvrages.Réponse à Monsieur LAMY concernant les concours de poésie. Vous me demandez de vous indiquer si je connais des concours qui soient bien dotés. Réponse de Normand car actuellement, je n'en sais rien puisque je ne fais plus de concours de poésie. Cependant, je suppose puisque vous intervenez sur ce blog, que vous avez accès à Internet. Il existe des sites spécialisés dans la délivrance de ce type d'infirmation. Il vous suffit de taper concours de poésie sur un moteur de recherches et vous aurez tous les renseignements nécessaires. Vous pouvez aussi vous procurer les mêmes informations mais achetant le GUIDE MONT-BLANC qui recense tous les concours littéraires. Quant aux règles instituées par les uns ou les autres, elles n'ont d'importance que dans la mesure où elles peuvent éventuellement servir de cadre mais dès qu'elles sont maîtrisées, elles sont aussi faites pour être transgressées. Donc chute ou pas chute, peu importe ! L'essentiel reste d'avoir du plaisir à ce raconter ce que l'on a envie pour peut-être parvenir à le partager avec d'autres.

Lastrega 10/02/2009 13:32

"Les labours", Jacques, souvenez-vous que c'est le tout premier de vos poèmes que j'ai admiré. Magnifique !Mais pour parler de la nouvelle sans chute qui est sortie pour le thème "liberté pour tous", ce n'est pas PYTHAGORA (qui n'a pas de chute à proprement parler), Jacques.

Jean 10/02/2009 12:15

Très beau poème, Jacques, riche en riches images. Il fait résurgir de ma mémoire ces illustrations de l'automne dans les livres de lecture de mon enfance.