Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 22:13


Alors comme ça, certains conjoncturistes auraient émis l’idée que cette année le Père Noël aurait été plutôt renfrogné et le Père Sylvestre particulièrement grognon et qu’à présent le Blanc serait maussade, que les Soldes battraient de l’aile et que le meilleur de la crise serait derrière nous…

Contrairement à nos voisins, nous, au café, résistons mieux. Ce n’est ni un don du ciel ni le fruit du hasard mais tout simplement parce que des milliers de braves gens n’hésitent pas à venir ici mouiller leur chemise (même le dimanche) pour dépasser le ressentiment et que des choses vraiment importantes soient entendues…Jean-Claude Touray est là ce soir pour en témoigner.

 

 
Pour Noël, mon contrat prévoyait que j’incarne, avec les andouillers en éventail, le seul renne de l’attelage de Papa Christmas ayant échappé aux compressions de personnel. Tu sais bien, le p’tit Rudolf au nez rouge. Un rôle passionnant et une vraie rente de situation : "  Seul pour tirer le traineau, seul pour pomper le vin chaud ".

Idyllique. Sauf qu’Auguste, le clown vedette, s’étant tordu le pied le 23, ne pouvait plus marcher. Gros, très gros problème. Il était Père-Noël commis d’office le 24 au soir dans une maison de retraite, pour distribuer aux pensionnaires les cendriers-cadeaux offerts par la Manufacture des Tabacs et Allumettes. J’étais, soi-disant, le seul comédien fumeur de la troupe à pouvoir le remplacer au pied levé … adieu donc ma prestation de caribou solo.

Père Noël d’un soir pour rendre service, j’ai enfilé la houppelande, chaussé les bottes et la barbe, et tiré moi-même le traineau jusqu’à l’institution Jeanne Calment, mais le cœur n’y était pas. J’ai déposé les cadeaux à côté des charentaises, disposées en rond autour du sapin de carton. Pour ceux et celles qui voulaient utiliser leur cendrier tout de suite, il y avait de quoi fumer. Les tables se sont organisées spontanément pour un concours de crapette et je me suis échappé vite fait, après avoir signé la feuille de présence et branché Tino Rossi en boucle sur " Petit Papa Noël ".

Je me suis dit en partant : on va bien voir ce qui me sera proposé, pour l’Epiphanie et les galettes de janvier des comités d’entreprise. Ils ne vont tout de même pas me donner à jouer Melchior, Balthazar ou le roi Gaspard !

S’ils me sucrent le rôle du chameau, je les assigne aux prud’hommes. Je suis, par contrat, une bête de scène, il ne faudrait pas l’oublier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

danielle 16/01/2009 18:03

J'ai déjà lu ça quelque part! En tout cas, j'aime beaucoup ce père Noël qui sort vraiment de l'ordinaire, je veux dire de tout le "gnan-gnan" qui entoure cette fête!

Jean 15/01/2009 17:19

Plus je relis, plus je rigole. C'est vraiment hilarant, Jean-Claude. Et puis, ce clin d'oeil à cette chanson chantée par Line Renaud (je crois, mais ma mémoire s'effiloche ) : "Ah ce qu'il était mignon, le p'tit renne au nez rouge, rouge comme un lumignon" !

ysiad 15/01/2009 13:49

excellent texte Jean Claude.

LAMY Jacques 15/01/2009 12:06

Le rôle le plus agréable aurait dû être celui du traîneau : on reste allongé et on est tiré...                                                              .BRAVO  Jean-Claude Touray.

Jean 15/01/2009 02:29

Quel humour, Jean-Claude, tout à fait réjouissant ! Aller proposer des cendriers dans une maison de retraite, fallait le faire !