Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 09:13

Aujord’hui, c’est un capitaine qui n’en est pas à sa première traversée qui a jeté l’encre sur le papier, pour nous parler de la Calipso. Il l’aperçoit, de temps à autre, quand il repose son stylo, et il se joint à nous pour trinquer à la santé du navire et lever haut son verre sous les étoiles.


Calipso


Gamin, quand on évoquait devant moi la Calipso, je songeais avant tout à ce rafiot du tonnerre de Dieu et à son capitaine – un petit marin à bonnet rouge, dont la voix singulière traînait d’une mer à l’autre, chaque dimanche après-midi – qui recherchait sous toutes les latitudes l’épatante compagnie des requins-marteaux et des tortues marines… Un peu plus tard, à cette même évocation, je n’en avais que pour Ulysse. Une histoire d’île et de passion fatale… Moi qui ne suis pas foutu d’inventer une excuse valable quand j’arrive avec cinq minutes de retard à la maison, j’ai toujours eu de l’affection pour les heureux veinards qui ont la science du bobard…

Aujourd’hui, c’est autre chose. Quand on me dit Calipso, je me dis qu’il y a sans doute un peu des deux. Qu’on tient là une arche – à bord de laquelle ne sont grimpés que des gibiers à plume – qui poursuit sans faiblir une bien belle odyssée…

Je la vois passer, de temps à autre. Elle traverse à belle allure mes eaux territoriales, frôle – un brin enjôleuse – mon port d’attache. Toutes voiles dehors. Le vent qui la pousse en avant est de bonne composition et les matelots, pour ce que j’en sais, ont le cœur à l’ouvrage. C’est plutôt bon signe, par les temps qui courent. Quant à moi, j’en profite, à ma façon.

Et voilà qu’aujourd’hui, on m’annonce qu’elle affiche ses quatre cent coups. Il me semble bien que ça s’arrose…

 

C’est la première fois que je monte à bord mais je ne suis que de passage. On ne peut pas être de tous les voyages. Mais si d’aventure vous croisez dans mes parages, vous devriez sans trop de mal m’apercevoir. Je serai dans un troquet du port, à trinquer à votre belle santé. Et si vous tendez l’oreille, vous devriez même m’entendre vous souhaiter bonne chance…

 

Alain Emery  

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Spécial 400
commenter cet article

commentaires

Jean 09/12/2008 03:51

Quelle belle variation poétique sur les déclencheurs de rêves et Calipso en est. Il eut été dommage que ton texte, Alain, soit resté en rade du côté du Couesnon car je me demande si ce n'est pas ce qui est arrivé à ton Bourreau des landes en juin ?

Léonie Colin 08/12/2008 09:45

Car bien sûr , comme l'indique Danielle, le breton est parfois bourré ...de talentOups, pardon, je suis bretonne aussi

EmmaBovary 07/12/2008 00:25

A la santé de Calipso et rendez-vous au troquet du port!:)

Alain 06/12/2008 18:05

Merci et content de vous croiser, Danielle, Annie, Jean Claude... Bonne route et je reviendrai vous voir au n°1000! 

Lastrega 06/12/2008 17:13

Elle est belle la "Mer d'Iroise", mais Ô combien dangereuse ! Bravo le poète...