Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 17:21

Le train pouvait bien filer à toute vapeur, il ne referait pas son retard et on ne l’attendrait certainement pas à la correspondance.

Il était fatigué de voyager au ras des pâquerettes. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait refusé qu’il prenne l’avion pour la retrouver. Le train augmentait les distances, alourdissait les bagages, multipliait les risques d’incidents et finalement rajoutait du temps inutile au temps nécessaire.

Elle n’imaginait pas que l’on puisse apprécier la terre de si loin. Depuis longtemps, elle n’attendait plus rien du ciel. Les belles années étaient passées. Elle voulait juste qu’il se rappelle un voyage fait au tout début.

Il n’aimait pas les pèlerinages. Encore moins évoquer les souvenirs. Il n’avait jamais su retenir que des images confuses des noms et des lieux que l’on disait importants. Dans les réunions de famille, il se taisait, la fiction n’était pas son fort.

Elle prenait son temps. Jamais, elle n’avait fait attention à l’heure. Avec la vitesse, elle craignait de voir le monde de travers, de se disperser et de ne rien avoir à dire au retour de voyage. Son père était écrivain, et depuis qu’elle était en âge de goûter à la vie, il la pressait de lui rapporter ses aventures. Elle était toujours infiniment troublée à l’idée de se retrouver en point de mire dans un de ses récits.

Il ne tenait pas en place. Il n’avait jamais une minute à perdre. Attendre, c’était porter des menottes. Le temps brûlait toujours tout très vite, partout. Il aimait partir, peu lui importait la destination. D’en haut, le ciel emportait le besoin de tenir un rôle, la terre s’y étirait indéfiniment et tous les décollages de quelque lieu que ce soit lui procuraient à chaque fois un sentiment d’immortalité.

Le train ne convient pas à tous les voyageurs, voulait-elle bien croire. Il a ses incommodités. La nuit venue, on ne peut presque plus rien fixer, les lignes sont incertaines, on ne sait plus vraiment où il vous mène et il faut alors s’en remettre au seul désir.

Seul dans son compartiment, il cherchait désespérément un angle du ciel ouvert sur les étoiles. Le brouillard absorbait l’espace et l’idée que le temps dévorait toutes choses le submergea totalement. Il regarda sa montre, jugea que le train serait manifestement en retard et que la nuit ne s’achèverait pas sur un de ces interminables baisers dont son amante avait le secret.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Transit
commenter cet article

commentaires

Lastrega 09/11/2008 18:28

Une petite "suite", rien que pour la route... ça vous dit ?- Puis-je vous offrir une cigarette ? Une blonde !L'accent avec lequel elle avait prononcé ces quelques mots éveilla en lui un frisson de bien-être. Une Suédoise, pensa-t-il tout en relevant la tête.A partir de là, s'était établi un échange qui allait bien au-delà des mots, et son imagination s'était délectée d'une aventure naissante qu'il sentait fragile et si précieuse qu'il n'aurait pas voulu gâcher par une simple fausse note. Et ce n'est qu'au bout d'un long moment qu'il se mit à parler :- Le train est le plus agréable des moyens de locomotion. Ne trouvez-vous pas ? dit-il en sublimant la sordide vérité.Si "l'autre" entendait ça, elle ne pourrait pas le croire. Mais plus rien, désormais, n'avait d'importance. Il savait ce qu'il lui restait à faire. Il ne descendrait pas à la gare où "elle" devait l'attendre. Il avait assez souffert comme ça. C'est vrai qu'elle avait toujours eu le beau rôle. Mais à présent, c'était fini... fini... fini...Tout en contemplant le visage d'une exquise finesse qui lui faisait face et souriait, il pensa que cette journée en train s'annonçait splendide, et jugea que la vie était parfois d'une ironie délicieuse...CEE. Communauté Economique Européenne. 

Lastrega 06/11/2008 15:08

Oulala TINOU06, je vois que vous vous êtes trompé d'histoire. Ici, nous sommes dans "Transit", et je vous rappelle qu'il s'agit d'histoires de TRAINS. Il vous faut faire annuler ce commentaire par Patrick et le reporter dans "histoire d'eau n°5", petit étourdi, sinon vous allez vous faire gronder.7RE. Cette erreur vous sera peut-être pardonnée pour cette fois...

TINOU06 06/11/2008 13:45

Ce qu'il y a de bien avec Suzanne, c'est qu'elle nous fait découvrir le Monde de manière drôle et instructive, et l'espace d'une escale, on se trouve enrichi de nouvelles connaissances géographiques, historiques et autres, on rencontre des Hommes de cultures et religions différentes. Bref ! ses histoires d'eau sont un vrai régal et j'espère qu'il y aura encore beaucoup d'épisodes comme ceux-là. Merci ! Suzanne de nous faire rêver.

  
















     

message 1 

sur 12     

suivant >

ysiad 05/11/2008 14:31

l'image me fait penser à une Maison BlancheHip hip hip hourra ! Barack Obama ! PHA sol la si do ré mi

Patrick 05/11/2008 14:22

Intéressante cette idée de cabine de grue, cela me donne des idées...Là en fait, il s'agit tout simplement d'une seule fenêtre doublée, inversée et juxataposée...CMA C'est Mieux Ainsi ?