Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 17:48

C’était un de ces grands trains que l’on appelait Feux Follets. Un train de nuit que l’on ne prenait qu’à l’occasion. Pour goûter au grand frisson. Sitôt à bord, l’inspiration lui était venue. Il avait profité du premier passage au noir pour l’embrasser. C’était son premier vrai baiser. Sa première grande aventure amoureuse. Le fameux effet de surprise vanté à la billetterie. Elle l’avait laissé glisser ses lèvres sur sa poitrine, doucement, tendrement, jusqu’à la pointe du paradis. Il en avait été transformé. Devenu ange, il avait voulu déployer pleinement ses ailes et la prendre dans son envol. Mais elle s’était refermée dans un bref instant de clarté. Comme il insistait, elle avait crié non pas encore puis murmuré plus tard… plus tard nous irons jusqu’au bout, plus tard… Des larmes lui avaient enflammé le visage et, pris d’une subit étourdissement, il s’était laissé emporter par cette promesse d’infini. Longtemps, il était demeuré ainsi, dans la douce somnolence des étoiles et de la lune. Il avait rêvé. Un rêve fulgurant. Les portes du wagon s’étaient ouvertes avec fracas et des hommes en noir parlant une langue étrange avaient surgi. Elle avait hurlé. Il avait frappé. Il lui avait fallu courir, courir, courir, poursuivi par des ombres au ventre blanc. Il avait été réveillé par le bruit d’une vive discussion dont il était l’objet. Son amie s’était affaissée sur la banquette et ne bougeait plus. Un contrôleur le foudroyait du regard tandis que l’autre prenait les passagers à témoin. Ils disaient que c’était sa faute. Il bégayait, essayant de leur faire entendre que sa conduite n’était en rien criminelle. Ils avaient ri. Monstrueusement ri, jusqu’à ce qu’il comprenne que l’ange était à jamais déchu et qu’il ne lui restait plus qu’à prendre ses jambes à son cou.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Transit
commenter cet article

commentaires

Lastrega 22/09/2008 14:19

A ce jour, la police n'a toujours aucun élément suceptible d'élucider la mort pour le moins suspecte de Nora Balmer. L'enquête suit son court... Si quelqu'un parmi l'assistance a le moindre petit indice, le moindre doute, il est prié de laisser un message ci-dessous. Merci en tout cas.

corinne 21/09/2008 17:07

C'est idiot j'ai perdu ton adresse mail Patrick, peux-tu me le transmettre de nouveau ?à bientôt

Lastrega 20/09/2008 23:16

Du compartiment voisin de gauche, une grande rousse aux yeux verts sortit et le tira aussitôt de sa rêverie en lui jetant des regards gloutons. Gêné, il détourna la tête, suant d'angoisse. Une bouffée de chaleur lui mit du sang aux joues, en même temps qu'il sentait ses fibres s'éveiller au désir autant qu'à la crainte... Car, comment pouvait-il encore espérer, avec cette démangeaison permanente au fond de sa mémoire ? Il ne s'était pas tout à fait remis de cette aventure nocturne ; et bien qu'il ne gardait de ce rêve atroce qu'un souvenir nébuleux, certains passages, comme cette fille qu'il avait tuée et lui, incarné en ange, s'étaient inscrits dans sa mémoire, l'obsédaient et accaparaient son esprit...Son fantasme ne fut rompu que par le grincement désagréable du train qui se remettait en branle et le sortait de sa torpeur. Il se passa une main sur le visage et un besoin le prit, tout à coup, de se diriger vers les toilettes pour se regarder dans la glace. Quand il aperçut son visage reflété dans le verre dépoli, il se reconnut à peine. Il lui sembla même qu'il ne s'était jamais vu. Ses yeux lui parurent énormes. Il était pâle, très pâle. "Tu as raison de t'inquiéter, mon vieux. Redescends sur terre !" se dit-il. Pour conclure, après réflexion : "Oui, mais pas avant d'avoir essayé à nouveau !"Au petit matin, un employé du train découvrit près de la machine à café des secondes classes du 5501, le rapide de nuit Paris-Amsterdam, le corps sans vie de Nora Balmer, une prostituée bien connue des services de police. Elle avait les yeux grands ouverts, avec un sourire d'acceptation sur le visage, comme si elle avait toujours su que ça finirait comme ça.

Patrick 20/09/2008 10:46

Très séduisante reprise Lastrega ; et si tu poursuivais le voyage...

Lastrega 19/09/2008 19:46

Oui, je le confirme, il avait fait "une" indigestion.