Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 16:36

Pas de trêve estivale pour notre collaboratrice Ysiad ! Fidèle à ses engagements, elle vient au secours d’un nouvel internaute pris dans le stress de la vie moderne. Aujourd’hui, elle apporte une série de conseils pratiques en réponse à la question posée dans le numéro 20 de Blogcity, revue d’étoiles :

Dans quelles conditions un chat peut-il faire une crise cardiaque ?



Je profite d’une absurde interruption dans le long fleuve tranquille de mes vacances pour répondre à cette question cruciale qui concerne en France dix millions de sujets miaulants, pardi, rien que pour les chats, ça fait un max de crises cardiaques à prévenir, allons-y.

Primo – Sur la route des vacances, ne jamais laisser grimper votre chat à un arbre, à moins de l’avoir entraîné à redescendre tout seul. Le chat peut faire une crise cardiaque, lorsque, à dix/quinze mètres du sol, il regarde soudain sous lui. Panique. Il est monté vachement haut. Il sait pas redescendre. Il a le vertige. Ça tourne. Ça tangue. Il pousse des miaulements affolés, de plus en plus rauques, de plus en plus déchirants. Que faire ? Pas grand-chose. Evitez de lui chanter des chansons de Carli Branu, flattez-le de la voix en attendant les pompiers. Rassurez-le par des mots doux, et dites aux pompiers de mettre en veilleuse le son de la sirène ; comme pour les chansons sponsorisées par l’Elysée, ça risquerait de le faire monter plus haut, ou de provoquer la crise cardiaque.

2 – Le chat peut faire une crise cardiaque lorsqu’il s’aperçoit que vous l’avez passé au régime " light ". Il renifle, hume, flaire, tournicote autour de sa gamelle, pousse un mieuurk de dégoût, et parfois, de dépit, son cœur s’arrête. Crac. Il tombe dans sa pâtée les moustaches en avant. Gît pattes roides sur le carrelage. Absolument. Vous ne me croyez pas ? Qu’est ce que vous diriez si on vous faisait passer du dindonneau sauce allégée Weight Watchers pour du saumon fin d’Ecosse Monoprix gourmet ? Donc si vous tenez vraiment à lui faire perdre sa poche ventrale, faites-le courir (ce qui suppose que vous leviez vos fesses du hamac, que vous attachiez un pompon de laine au bout d’une ficelle et adieu votre sieste), ou mélangez quelques croquettes de régime à son saumon riz dont il est friand. Progressivement. Tout est dans la progression, foi de cat woman, et vous éviterez ainsi la crise cardiaque façon Garfield face à son maître qui lui refuse odieusement une bouchée de son king size beef onion stuffed hamburger sous le prétexte d’un léger embonpoint.

3 – Les crises cardiaques liées à la vie domestique sont très fréquentes. Le chat aimant les endroits chauds, vérifiez le tambour de la machine avant de la faire repartir en position séchage. De même, les pantoufles géantes en forme de souris, les balles de fourrure à lunettes, les bols léopard, les mobiles à tête d’autruche et en général tout gadget de couleur violente sont à éviter absolument. Le chat est un esthète, ne l’oublions pas.

4 – Quand vous partez en vacances, ne le laissez pas dans un hôtel pour chat avec d’autres chats qu’il ne connaît pas. Il y a des siamois partout. De même, ne le laissez pas non plus trop longtemps tout seul devant l’effigie de Sarkozy à l’écran. Comme pour le soleil, subir plus de trois minutes le faciès gaillard du président est néfaste pour la santé. C’est statistiquement prouvé. Ça commence par une chute de tension et après je vous dis pas le coup que prennent les coronaires. Agissez préventivement avec votre chat. Passez-lui Les Oiseaux d’Hitchcock, un film qui fait monter l’adrénaline, pas la pression artérielle.

Et que les vacances continuent, dans la joie et la crème solaire.

Ysiad


Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Lastrega 02/09/2008 19:49

Bonsoir Magali , je parierais que tu es entourée de chats (au moins quatre)... c'est mon petit doigt qui me dit ça ! ... et bonsoir à toi aussi Ysiad. Tu sais quoi, je viens seulement de capter la pointe d'humour que tu as faite à propos du morceau préféré... de musique de ton chat : L'Oiseau Prophète. Ha ! Ha ! Elle est bien bonne celle-là. Par contre pour ce qui est de ma Pépette, l'Italienne à Alger, c'est pas des blagues... surtout le premier mouvement... ça lui donnait le frisson à mon Iris.AZY. Fastoche ! Aziad, mais c'est bien sûr.

M agali 02/09/2008 13:52

En bè ! Si on veut animer une dicussion sur un blog, je vois que le chat est un thème idéal...

Lastrega 02/09/2008 08:51

Merci Isiad d'avoir répondu. "Ma Pépette" ne miaulait pas, car elle n'avait jamais eu à réclamer le lait de sa maman, à qui ON (le service vétérinaire) avait retiré son petit, pour cause de "misère". Mais ceci est une longue histoire...TT7. Tais-toi Lastrega !... tu vas encore te faire pleurer.

ysiad 01/09/2008 09:52

Pas de pb Lastrega, ayant un chat je comprends ; Patou lui n'est pas muet, il miaule très fort le matin pour son tomber de croquettes et il émet un miaulement de gorge quand il voit un pigeon sur le toit et il ronronne très fort avant de sauter sur mes genoux, et, et, et... il y aurait encore tant de choses à dire sur cette communication secrète que nous entretenons avec nos bêtes mais il faut que je travaille sinon je vais me faire sonner les clochesFCZ. Horrible pour un début de semaine

Lastrega 31/08/2008 15:36

Bonjour Ysiad ! Je ne sais pas si tu repasseras par là (notre histoire de chats), mais il y a une chose dont je ne t'ai pas parlé : " Iris" était un chat muet. Elle poussait seulement des petits cris (très faiblement) quand elle avait quelque chose d'important à nous dire ou alors, son cri était des roucoulements quand elle était très contente... comme celui du pigeon. Si tu réponds à mon message, je te donnerai la raison de son mutisme. Excuse-moi de te parler encore d'elle, mais d'avoir ouvert la porte à cette histoire de chats, m'a permis d'évoquer gaiement ce petit-être, alors que jusqu'à présent, je n'en avais plus que des souvenirs douloureux. Une vraie thérapie ! Et grâce à toi, Ysiad. Merci encore !