Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 14:43

Entre deux périples en train Suzanne ALVAREZ vient se rafraîchir au café et, pour agrémenter sa visite, elle nous présente un de ses complices de voyage, le poète Valéry Larbaud.



Bonsoir les choses d'ici-bas

Prête-moi ton grand bruit, ta grande allure si douce,
Ton glissement nocturne à travers l'Europe illuminée,
Ô train de luxe ! et l'angoissante musique
Qui bruit le long de tes couloirs de cuir doré,
Tandis que derrière les portes laquées, aux loquets de cuivre lourd,
Dorment les millionnaires...
Ô Harmonika-Zug !
J'ai senti pour la première fois toute la douceur de vivre
Dans une cabine du Nord-Express entre Wirballen et Pskow

Huit heures du matin en automne et la belle cantatrice

Aux yeux violets chantait dans la cabine à côté.

Et vous, grandes glaces à travers lesquelles j'ai vu passer la Sibérie et les monts du Samnium,
La Castille âpre et sans fleurs, et la mer de Marmara sous une pluie tiède !
Prêtez-moi, ô Orient-Express, Sud-Brenner-Bahn, prêtez-moi
Vos miraculeux bruits sourds et
Vos vibrantes voix de chanterelle ;
Prêtez-moi la respiration légère et facile
Des locomotives hautes et minces, aux mouvements

Si aisés, les locomotives des rapides

Précédant sans effort quatre wagons jaunes à lettres d'or

Dans les solitudes montagnardes de la Serbie,

Et, plus loin, à travers la Bulgarie pleine de roses...

Ah ! il faut que ces bruits et que ce mouvement

Entrent dans mes poèmes et disent

Pour moi ma vie indicible, ma vie

D'enfant qui ne veut rien savoir, sinon

Espérer éternellement des choses vagues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Lastrega 06/07/2008 10:08

Mon Dieu ! Georges, j'ai oublié de vous souhaiter un bon voyage. Pour me faire pardonner, j'écris ici ces beaux vers de Beaudelaire sur lesquels vous pourrez méditer à votre retour : "Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partentPour partir ; coeurs légers, semblables aux ballonsDe leur fatalité jamais ils ne s'écartentEt, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !..

Georges F. 01/07/2008 19:31

C'est sympa, c'est frais, ce petit bruissement de Larbaud avant de nous envoyer prendre la route. Merci !

Lastrega 01/07/2008 17:14

C'est une belle réflexion de Céline que tu as écrite là. Toi aussi tu m'apprends quelque chose. Alors, écoute celle-ci : "L'homme n'a pas besoin de voyager pour s'agrandir : il porte avec lui l'immensité." Chateaubriand. Et aussi celle-là : "Veux-tu connaître le monde ?Ferme les yeux, Rosemonde."Giraudoux.PS. Regarde dans la rubrique précédente "En train et en musique", tu en connaîtras bien davantage sur "la sonate de Kreutzer".

ANNA 01/07/2008 13:54

Lastrega, moi aussi je te remercie de tant m'instruire et me faire rêver. Voici une petite réflexion de Céline que j'aime bien aussi : "Voyager, c'est bien utile, ça fait travailler l'imagination. Tout le reste n'est que déception et fatigue. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. Et puis tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux. C'est de l'autre côté de la vie".Anna

Lastrega 30/06/2008 20:49

C'est gentil, Jean-Pierre, ce petit commentaire. Et merci pour l'intérêt que vous me portez...