Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 20:00

Fred Vargas est à l’honneur dans une double page du Libé de ce jour. Une rencontre avec l’auteur qui n’est pas que promotionnelle ; l’interview allie une présentation de son nouveau roman à paraître Un lieu incertain, à un questionnement sur le roman noir, l’écriture, l’inspiration, la construction, l’engagement politique, la crise sociétale, écologique, la fin de l’homme… et le soutien malgré tout à Cesare Battisti, auteur entré dans le noir après sa sortie des années de plomb.

Extraits sur la question de la prise de position d’un auteur dans le roman. (Est-ce mal de donner son avis ?)

Ce n’est pas mal, c’est une question de matériau, de registres. Plus j’y pense, et plus il me paraît évident que le roman policier à énigme, que je pratique et qui se termine bien, s’apparente de par sa charge cathartique au conte pour enfants : on se raconte une histoire pour purger l’inconscient collectif. Et pour cela, que cette catharsis s’accomplisse, il faut être dans le réel, que ça ait l’air vrai donc, mais pas dans le réalisme. Pour que celui auquel on raconte l’histoire se l’approprie. Moi, je ne donne pas une marque de voiture, pas un titre de musique, pas de repères temporels bien précis et pas d’avis. Si je veux dire quelque chose sur la justice ou les flux migratoires, j’écris un article scientifique, je dis les choses frontalement, je ne crois pas à l’efficacité de la monstration des problèmes dans la fiction.

Un point de vue que ne partagent pas forcément les personnages… A débattre donc !

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires