Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 16:41

capillaire-image.jpg

En ce début d’année, la pilosité est à l’honneur sur Calipso. Après Ernest J. Brooms et sa barbe, Danielle Akakpo et ses mèches, voilà qu’Ysiad nous propose de partager ses réflexions suscitées par l’interrogation d’un internaute.

Est-ce que le gel à coiffer est bon pour le poil du chihuahua ?

 

Introduction.

Enfin une question fondamentale, dont on ne peut plus faire l’économie, tant il est vrai que notre monde moderne produit aussi bien du gel à coiffer que des boutiques où sont exposés ces chiens qui, de même que les Chichimèques, les Aztèques, les Toltèques et les meubles en teck, viennent directement du Mexique. Il ne faudrait pas cependant en déduire que tout nous vient du Mexique. Le gel à coiffer n’a pas été inventé par les Incas. On ne connaît pas très bien l’origine du gel à coiffer. On hésite. Certaines questions ne doivent-elles pas rester irrésolues ? Après tout, on n’a jamais su si Nietzsche portait la raie sur le côté et de quelle longueur était la barbe de Socrate. Ce qui est sûr, c’est que ce dernier n’y mêlait pas de gel à coiffer. Il préférait la porter au gré du vent, à en croire les écrits de Platon qui n’était pas chauve comme Socrate, mais portait la barbe lui aussi. Ni l’un ni l’autre n’utilisaient de gel à coiffer, et si chacun avait sa chacune, Socrate : Xanthippe, Platon : Alcibiade, aucun n’avait de chihuahua. En ces temps-là, la question de savoir si le gel à coiffer était bon pour le poil du chihuahua ne se posait pas. On était déjà assez occupé avec " Connais-toi toi-même " pour ne pas se préoccuper en plus des poils de son chien.

Ce qui nous ramène d’office à la question de savoir si le gel à coiffer est bon pour le chihuahua. Question complexe dont nous tenterons dans ce bref essai de démêler l’écheveau, et tant qu’à faire, d’en comprendre la problématique. Autant faire d’une pierre deux coups. Il faut toujours comprendre la problématique des choses dans ce monde tourmenté où l’homme a de plus en plus tendance à se tartiner du gel sur les cheveux sans lire les étiquettes. Or le problème qui se pose présentement est de savoir de quoi est composé le gel à coiffer.

Premier temps de la thèse.

Le gel à coiffer est composé de tout un tas de choses qui ne figurent pas forcément sur l’étiquette de la bouteille et qui regardent uniquement les fabricants de gel à coiffer. Personne d’autre. Les fabricants de gel à coiffer ne livrent pas leurs recettes sinon tout le monde serait capable de fabriquer de nuit et clandestinement du gel à coiffer dans sa cave. L’action de l’Oréal perdrait toute sa valeur, ce qui serait un coup mortel porté au kakarante. Or le kakarante n’est pas type à se laisser passer du gel dans le dos, même à coiffer. Sachez-le. Le kakarante se courroucerait tel Quetzacoatl, qui est une valeur sûre au Mexique. Le kakarante protège l’Oréal qui protège son gel à coiffer pour que les gens soient contents d’en acheter, sans se demander dans quelle proportion entrent les conservateurs, et sans avoir de scrupules à en administrer à leurs chihuahuas. Les gens achètent leur gel à coiffer les doigts dans le nez, et quand il est en promo, c’est la curée. Ils ne regardent pas la composition. Ils veulent se gominer les cheveux, et basta. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Transition vers le deuxième temps de la thèse.

Sauf que des petits malins ont d’abord fait l’essai sur leur chihuahua. Car l’homme est un roseau. Le plus faible de la nature, mais un roseau pensant (Pascal). L’homme en sa nature complexe est amené à chercher, encore et toujours, de quoi sont faites les choses, comment ne pas payer ses impôts, et s’il est envisageable de débarquer au bureau avec une crête à l’iroquoise pour mettre de l’ambiance à l’étage. Il est certain qu’une crête à l’iroquoise implique d’avoir une bonne dose de patience et autant de gel à coiffer et qu’il est alors déterminant de savoir de quoi est composé ce putain de gel à coiffer pour savoir si on va garder ses cheveux ensuite.

D’où le chihuahua. Allez, au pied. Tout de suite. Brave bête.

Tout en lui flattant l’encolure, appliquons-lui largement au pinceau du gel à coiffer sur le sommet de la tête. Tartinons généreusement, puis rassemblons les poils et formons une queue de cheval que les plus audacieux d’entre nous pourront agrémenter d’un joli nœud nœud bleu. Ou rouge. Selon l’humeur.

Puis attendons.

Antithèse.

Au bout d’un quart d’heure, le chihuahua a perdu tous ses poils de tête. Comme Socrate. Il ne reste plus rien de ses mèches crâniennes. C’est la bérézina, d’autant plus que le vétérinaire n’a pas l’air très optimiste sur la repousse. Il hésite. Il se gratte le cuir chevelu. Il demande que l’on s’abstienne de toute nouvelle tentative sur la tête du chien, et il présente sa note, que l’on paye en sachant qu’on ne pourra plus s’acheter de gel à coiffer pendant au moins six mois. De retour à la maison, on se regarde dans la glace, un peu confus. Jusqu’à ce qu’une question fondamentale s’élève du néant : A-t-on vraiment besoin de gel à coiffer dans la vie ?

Synthèse, le temps presse.

Aussi vrai qu’il n’est pas de poil sans chute, nous pouvons concevoir une vie sans gel à coiffer. Socrate s’en passait bien, Platon aussi. Laissons sa banane à Elvis, les gondoles à Venise et laissons nos chihuahuas en paix. Plutôt que du gel à coiffer, utilisons de la bière bio, qui n’abîme pas le cuir chevelu et n’appartient pas à l’Oréal.

Mais elle est si bonne au goût que ça vaut le coup de l’essayer avant d’en shampouiner son chien.

Ysiad

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

FOOFY 21/01/2008 21:19

A POIL L 'ARTISTE !

LIJU 21/01/2008 21:12

ARRETEZ DE COUPER LES CHEVEUX EN QUATRE

Patrick 21/01/2008 19:50

Damned, où ai-je la tête ? Mais oui, mais c'est bien sûr, les deux petits gris sur la palette... ah là là, si c'est pas malheureux ! Toutes mes excuses Jean-Claude.

Jean-Claude 21/01/2008 19:28

C'est ce si beau texte sur la coupe de mes cheveux gris, que tu as publié le mois dernier...

Patrick 21/01/2008 19:00

Quatre textes dis-tu, Jean-Claude ? Le quatrième serait-il passé trop près de la tondeuse ou bien serait-ce celui que tu t'apprêtes à envoyer ?