Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 23:09

incertitude.jpg

Puis, pendant plusieurs années, il lui avait appris à glisser son pied au sol, sans le plier, ployer la jambe et se rétablir. Et de cette démarche qui tenait plutôt du pingouin, il lui avait appris à faire un vol d’oiseau, à rivaliser avec les acrobates aériens, véritables plumes s’envolant sous la coupole du chapiteau.

Viviane Faudi-Khourdifi " Plumes de Cirque ", 2007.

 

Au bonheur des hommes

La boutiques des gens heureux

Et aussi celle de ceux qui cherchent le bonheur

Un brin d'amour

De l'amitié

De la reconnaissance

Beaucoup d'aisance

pour nouer des liens

forts

avec gens fidèles

et respectueux

des qualités

des défauts,

des différences

des retenues

des débordements

des absences,

des envahissements

du désœuvrement

de la boulimie

de l'asthénie

de la fringale

de la passion

de toutes ces choses

qui sont richesses

de l'être humain

Ana Surret

 

...Mais mon printemps à moi, c’est un sourire sur les lèvres de Lou, ce sont ses bras autour de mon cou comme lorsqu’elle était toute petite, c’est une étincelle de plaisir, de bonheur dans ses grands yeux noisette; mon printemps, c’est chaque fois que sa voix me chante ses rêves, ses projets, ce sont ses éclats de rire qui me disent : " Je vais bien, maman, je suis heureuse ! "

Danielle Akakpo

 

Si les mots avaient plus de muscles, je pourrais les lancer à la gueule de ceux que je hais. Si les mots étaient plus doux et s'ils avaient plus de savoir-faire, ils te diraient combien je t'aime.

Ernest J. Brooms

 

Les livres, le mot nous le dit si bien, nous livrent notre histoire, quel qu’en soit le sujet, c’est notre humanité qui s’y trouve racontée.

Nathalie Hense

 

On a beau être seul, en un regard, on peut ressusciter.

Jean-René Godule (Le non sens),

 

Enfant, je détestais les ouvriers, leur démarche lasse, leurs corps noués par la chaîne. Ce terme même de chaîne ne témoignait-il pas de leur condition d’esclaves ? Oui, je détestais les ouvriers, comme on peut les détester à neuf ans, lorsqu’on a vu, chaque jour de sa vie, le bleu paternel sécher près du poêle à mazout.

Françoise Guérin  (Du bleu dans le rose, Revue Hauteurs Déc. 2006)

 

Une jolie phrase de Chesterton pour ce début d'année :

Les anges volent parce qu'ils se prennent à la légère.

Désirée Boillot 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

Patrick 07/01/2008 18:32

Merci Franck et bonne année à toi aussi. Pour ta contribution au menu du café, c'est quand tu veux, au comptoir ou en salle, en hiver comme en été... 

Franck 07/01/2008 16:13

Bonne année à Calipso, à son talentueux animateur, et à tous les contributeurs qui font de ce café un lieu bien fréquentable et non moins agréable.Et puisque c'est l'heure des bonnes résolutions, promis, je répondrai à un appel à contribution en 2008...

Patrick 06/01/2008 00:30

Bien sûr que cela valait le coup de pinceau Magali et je t'en remercie. Bonne année à toi Sylvette, à ton école et aux élèves que tu accompagnes... Bonne année à toi Ernest et que le Plaisir d'écrire te garde encore longtemps...

M agali 05/01/2008 10:47

Ben voui. Zyeux bleus, zyeux d'amoureux, comme on dit à l'école et  le reste s'ensuit. On fait des fixations....En tout cas, maintenant je lis Ana et Nathalie et ça valait le coup de raler....

Patrick 04/01/2008 22:54

Ah la couleur Magali ! La couleur ! Pourquoi pose-t-elle si souvent question ? Tiens, le bleu par exemple, que dire et que penser du bleu ? ce n’est rien le bleu, enfin presque rien d'autre qu’une image, qu’un son, qu’une palpitation usée jusqu’à la corde et pourtant le poète continue à tremper ses doigts dedans et ses reflets (ses vers), issus de l’âme ou du cœur, prennent toujours aussi aisément vie dans l’écriture… alors écrire en bleu Magali ?