Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 19:31

Un petit bout d’histoire concocté sur une route du nord, la nuit, le temps d’un dépannage…

 

moinsmonde-image.jpg
 

Alors comme ça, vous avez été pris ? vous aussi ?

Comment ça pris ?

Pris, comme être pris, si vous êtes là, c’est que vous avez été pris !

Non désolé, je ne crois pas avoir été pris.

Mais bien sûr que si, je vous le répète, si vous êtes là, ici, dans ce lieu, maintenant, c’est que vous avez été pris.

Non, certainement pas.

C’est comme ça, va falloir vous y faire !

Franchement cela m’étonnerait.

Vous n’en revenez pas d’avoir été pris, c’est ça ?

Ah si l’on pouvait revenir de quoi que ce soit !

Vous ne paraissez pas comprendre ce que cela implique d’être pris.

Tout juste, je ne parais pas.

Si, vous le savez, seulement vous faites semblant, c’est ça vous faites semblant.

Ecoutez, je n’ai pas été pris et je ne fais semblant de rien, je suis entré pour voir et je me suis installé dans ce petit coin, là, juste dans ce petit coin ! mais rassurez-vous, je ne vais pas rester.

Bien sûr que vous n’y resterez pas au coin. Quand vous êtes pris, ils vous mettent toujours dans un coin au début. Faut comprendre que ce n’est qu’un point de départ.

Mais je n’ai pas été pris, je vous dis, pas le moins du monde !

Voilà, ils ont dû vous prendre pour ça, pour le moins du monde. Remarquez, cela ne m’étonne pas, ces derniers temps, ils ne s’intéressent qu’aux personnes délaissées. Vous êtes bien livré à vous-même n’est-ce pas ?

Non ! Enfin d’une certaine manière peut-être que je me retrouve à me débrouiller par moi-même, oui.

Ecoutez, les gens de votre espèce - les moins du monde - sont toujours seuls, c’est inévitable ! d’ailleurs, c’est certainement pour cette raison qu’ils vous ont pris.

Mais je n’ai pas été pris bon sang !

Allons, vous dites ça parce qu’ils vous ont mis au coin. Vous êtes tous les mêmes vous autres les moins du monde, faut toujours que vous vous racontiez des salades. C’est pourtant pas sorcier à comprendre, quand on est pris, on est pris !

Je ne suis pris dans rien vous entendez ? Je suis là dans ce petit coin, mais c’est tout, c’est en attendant.

Vous n’avez pas été pris, vous êtes là dans ce petit coin et ça serait tout ?

Oui.

Impossible !

Bon, n’en parlons plus.

Et comment seriez-vous arrivé ici, si par je ne sais quelle extraordinaire incongruité, vous n’aviez pas été pris ?

Je suis venu seul, de mon propre chef.

Ah, vous admettez au moins être seul !

Vous n’y êtes pas du tout, je suis accompagné.

Bien sûr, dans votre petit coin là, il n’y a pas de doute, vous êtes, comment dîtes-vous déjà, accompagné, c’est bien cela, accompagné ?

Je veux dire dehors. Dehors, je l’étais.

Vous voulez dire qu’ils vous ont pris dehors, c’est ça ?

Je ne veux rien dire du tout, rien !

Parce que cela change la donne, si vous avez été pris dehors, c’est que ceux du dedans ne sont plus à la hauteur, si vous voyez ce que je veux dire.

Non, je devrais voir quoi ?

Allons, ne me dites pas que vous ne voyez pas ce que nous voyons tous !

Mais quoi à la fin ?

Bon sang ! ceux qui sont pris et ceux qui ne le sont pas !

Si vous voulez bien laisser de côté le fait que j’aurais pu être pris, vous comprendriez que je ne suis rien d’autre qu’un type à qui il est arrivé une histoire comme il en arrive à tout le monde un jour ou l’autre.

Naturellement, comme nous tous ici, ni plus ni moins.

Non franchement dans mon cas, c’est encore plus bête que tout.

Si vous le dites !

C’est l’histoire de la panne en pleine nature, la nuit et pas âme qui vive aux alentours, vous savez comment ça se passe, on discute, on discute et à la fin tout le monde s’emporte. Sauf qu’à la fin de la fin, il y en a toujours un qui doit aller au charbon. Et dans cette histoire-là, c’est tombé sur moi.

Ah oui, c’est tombé sur vous ? comme ça…

D’accord, faut dire que je l’ai peut-être plus ouvert que les autres, alors c’est vrai que du coup ils m’ont dit d’y aller moi vu que j’avais l’air plus malin qu’eux. Bon là encore, la suite ne sort pas de l’ordinaire : je me suis mis à marcher, droit devant comme on dit, sans un regard derrière moi, j’avais dans l’idée que fatalement je finirais bien par trouver quelque chose, alors vous pensez bien que lorsque j’ai aperçu cette petite lumière, cette curieuse petite lumière qui n’en finissait pas de grandir à mesure que je m’en approchais et puis cette porte qui s’est ouverte tout d’un coup et cette drôle d’atmosphère à l’intérieur, oui alors je me suis dis que quand même j’étais assez malin pour ne pas me jeter là-dedans sans faire attention.

C’est ça, faites bien attention, faut éviter de faire le malin par ici.

Bah, c’est comme partout.

Non, ici c’est déterminant. Enfin, ça dépend de vos intentions.

Qu’est-ce que vous croyez ? le temps de trouver un dépannage et je file.

Un dépannage rien que cela ?

Je ne demande pas l’impossible que je sache.

Je n’ai encore jamais rien entendu de pareil.

Eh bien tant mieux si c’est une première.

Croyez-moi, vous feriez mieux de chercher à être désigné. Vous savez, être pris n’est que le début du parcours.

Je n’en sais rien du tout. Tout cela ça n’a rien à voir avec moi.

Ce n’est pas nous qui décidons de ces choses-là.

Mais quelles choses ?

Celles qui ont à voir avec nous. Les arrivées, les départs, l’ordre des choses quoi !

Bien alors disons que je suis sur le départ.

Vous savez bien que vous ne pouvez pas.

Comment ça ?

Vous venez tout juste d’être pris…

 




Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans calipso expression
commenter cet article

commentaires

desiree 12/09/2007 14:08

On dirait du Dubillard et c'est un compliment.RAT. Ah là vraiment j'exulte. Tas de riz, tas de rats, tas de riz tentant, tas de rats tentés.

Faux rêveur 12/09/2007 12:06

et ça laisse la porte ouverte (c'est le cas de le dire) à tant d'interprétations... franchement génial, oui :-)

Sophie 12/09/2007 08:52

C'est génial.