Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 09:54
Blogcity10-image.jpg

Une chronique à la petite semaine de quelques judicieuses fabriques de littérature.

à cliquer dans les Aiguillages :

 

Sur Mot Compte Double

Après " Mot compte double ", recueil de nouvelles paru en février 2007 aux éditions Quadrature Françoise Guérin récidive avec " A la vue, à la mort " un polar qui tombe à pic pour l’été, disponible, dès aujourd’hui, à peu près partout… et qui vient de recevoir le prix du premier roman au festival du film policier de Cognac

Sur Bonnes nouvelles

" Urbaine errance " un très bon titre à ajouter à la collection des textes de Corinne Jeanson mis en voix et en musique par Nicole Amann et Hervé Jeanson

Sur Ainsi vit-on aujourd’hui

Un récit qui navigue astucieusement entre terre et ciel jusqu’au " Dernier rendez-vous ".

Sur Cunéipage, blog de lecture

La fin d’une liaison passionnée avec les livres et leurs auteurs… et l’annonce d’une prochaine saison sous d’autres cieux…

Sur Lenonsens, revue littéraire

Une attrayante formule hebdomadaire avec au menu un billet d’humeur mordant et pas forcément dégoûté du politique, une chronique littéraire sur des auteurs ne produisant pas que des belles phrases, de la prose teintée par tous les sens de la vie, et enfin des citations qui supposent naturellement que le lecteur pense (encore) par lui-même.

 

La dépêche expéditive de chez Reuters

Le Japon compte de moins en moins d’enfants et de plus en plus de personnes âgées vivant seules. Résultat, les fabricants de jouets investissent sur ce nouveau marché en proposant une poupée de compagnie adaptée au troisième âge. Au catalogue : un poupon nommé Yumel (rêve) mesurant 37 centimètres et doté de plusieurs puces électroniques et capteurs sensoriels capable entre autres d’enregistrer les rythmes de sommeil de son acquéreur et de retenir son attention avec un potentiel verbal de 1200 phrases. Il est programmé pour souhaiter un bonjour tonique ou une nuit tranquille lorsque son propriétaire ouvre ou ferme les yeux ou encore le sermonner si celui-ci ne s’occupe pas convenablement de lui ou ne le couvre pas de cadeaux pas comme il conviendrait.

Selon les promoteurs cette poupée remplace avantageusement les traditionnels animaux domestiques, car si les personnes âgées ont besoin de conserver des liens elles ont peur de mourir en laissant leur animal derrière elles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick L'ECOLIER - dans Blogcity
commenter cet article

commentaires

Patrick 02/07/2007 16:07

Fichtre, et moi qui croyait que tout le monde dormait ! Que de nuits blanches ai-je passé pour savoir comment refaire la façade du café et arranger ostensiblement l’intérieur avec les modestes moyens mis à disposition par l’hébergeur ! Pas simple de faire seulement avec le blanc même noirci par tous les mots du monde. Pas simple d’instiller quelques rais de lumière bleutée dans la nuit des systèmes binaires. Pas simple de rendre compte avec acuité des tensions propres à son époque. Et voilà que les visiteurs se tordent de désespoir. C’était mieux avant ! Tellement mieux ! Je ne fais hélas pas partie de ces gens qui manient à loisir pinceaux et marteaux et peut-être ai-je abusé de ci de là d’un colorant un peu trop chargé de l’air du temps mais bon, ne serions-nous là que pour faire miroiter les étoiles ou cheminer dans la clarté de la lune ? Peut-être faut-il de temps en temps se laisser griser par le souffle du vent pour prendre la mesure des murailles à franchir ? Mais allez donc savoir pourquoi je vous parle de tout ça.

desiree 01/07/2007 19:02

Je ne peux pas le mettre en vers, malheureusement, mais je partage l'avis de Magali, le temps est trop gris pour déteindre sur le fond d'écran.6WE. Heureusement, six week-ends mais pas trop gris, s'il vous plaît.

Magali 01/07/2007 18:57

Je suis fort casanière, un peu psychorigideUn fossile, un dino, un mollusque étêtéHorreur du changement un peu pathologiqueJe l'avoue ! Mais ce blog me semble prendre rideA se mettre en gris sombre à l'abord de l'étéRendez-moi ces fonds blancs où le noir c'est logiqueVenait s'inscrire net sur leur bel écran videSe lisait clairement sans devoir décrypterSans ces encadrements de faire-part tragiques.Rendez-moi Calipso en sa clarté arideRendez-moi Calipso tel qu'avant il étaitRendez-moi Calipso et ses effets magiques!