Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 22:47

Jeanson-image3.jpg

 

Corinne Jeanson s’illustre depuis quelques mois sur le site Bonnes Nouvelles avec notamment " Lisa ", " Quitter Berlin " et " La nouvelle vague " mis en voix par Nicole Amann sur une musique d’Hervé Jeanson. Des mots et des sons qui vous captent et vous emportent dans de nouveaux espaces d’affection et de respiration. Ce qui m'inspire, dit-elle, les ambiances, les amours, les nostalgies. Trouver dans les mots, l'apaisement quotidien ou toucher du doigt un peu d'inconnu. Ne rien chercher à démontrer. Garder la mémoire des moments ou inventer des personnages perdus et parfois bavards.

Une invitation à lire qui vibre au gré des vents lunaires et du souffle intérieur.

 

Le jeune modèle

C'est un tableau ancien. Un jeune homme se tient debout devant une fenêtre fermée. Il regarde dehors la surface grise et bleue. Il appuie une main contre le carreau froid. Sa tête repose presque sur l'angle ainsi formé de son avant-bras. Sur le plan avant, une table, une sellette plus exactement, peinte en jaune, est esquissée. Le jeune homme est très blond mais ce n'est pas certain, peut-être est-ce le reflet du soleil qui dore ses cheveux. Sa longue silhouette et ses épaules étroites, sans être fragiles, respirent presque un air de repos ou de force maîtrisée. Si le jeune homme se retournait à présent, on verrait son sourire calme et généreux, absolument ouvert au regard de l'humanité fixée dans le décor en-dehors de la toile.
Soudain, derrière la fenêtre fermée, le ciel grise à l'acier et sur la surface de la vitre coulent les larmes de la pluie. Le jeune homme en essuie une, puis une autre. Il trace de l'autre côté de la vitre la traînée avec son index. Il devient cette goutte d'eau, il en goûte la force et la mélancolie.

Le jeune homme s'est retourné. Il aperçoit le vieux sculpteur qui a déposé l'argile sur la sellette jaune et qui tente de fixer l'âme de son modèle. A travers sa mémoire, écho sans vocable, le vieil artiste projette dans la terre humide le croisement de son émotion mêlée à la présence du modèle debout contre la fenêtre fermée.

Corinne Jeanson

Partager cet article
Repost0

commentaires